Raz de marée pour la majorité présidentielle

SORTIE DES URNES Quel rapport de force dans le paysage politique français...

Stéphane Alliès

— 

Bleu horizon très foncé. C’est la couleur de l’Hémicycle à laquelle on peut s’attendre, à l’issue des résultats du premier tour des élections législatives de dimanche, selon un sondage Ipsos pour 20minutes et France 2 (dernière mise à jour à 21h30).

Visionnez le graphique de la projection en sièges pour le deuxième tour d'Ipsos, ainsi que celui des scores par parti

Avec 45,2% des voix et un nombre de sièges entre 360 et 420, la droite gouvernementale (UMP 40,6% ; Nouveau centre 2,2%, MPF 1,2% et Divers Droite 1,2%) fait mieux qu’en 1993 (42%), date de la dernière déferlante bleue à l’Assemblée nationale. Même une participation basse, la plus faible de la Ve république pour un scrutin législatif, n’entame pas la dynamique du nouveau chef de l’Etat. L’état de grâce continue.

La gauche au plus bas, le PCF perd son groupe
Selon un sondage Ipsos pour 20minutes et France 2, la gauche (PS/PRG/MRC 27,2% ; PCF 4,8% ; Verts 2,8%) obtient 36%, sensiblement le même score que lors du premier tour de la dernière présidentielle. Un résultat qui conduirait à une fourchette de 120 à 170 sièges de députés pour le PS. Et qui signe la fin du groupe communiste à l'Assemblée, puisque le PCF n'obtiendrait qu'entre 6 et 12 sièges. L’extrême gauche reste à peu près dans ses scores habituels, avec 3,7% des bulletins (LO 1% ; LCR 2,1 ; Divers 0,6%).

Le MoDem existe... mais avec peu de sièges ; le Nouveau Centre aura un groupe
Le score du MoDem de François Bayrou est une relative surprise, puisque, avec 7,5% des voix, il limite la casse attendue après les défections des «bédouins» du leader de l’ex-UDF, mais n'obtiendrait qu'entre un et quatre sièges. Ironie du sort et du mode de scrutin, avec plus de trois fois moins de voix (2,2%), le Nouveau Centre devrait être en mesure de former un groupe parlementaire, avec l'obtention de 21 à 24 sièges.

L’extrême droite plonge

Une résistance bien supérieure à celle de l’extrême droite, qui s’effondre à 5%, le score de ses débuts dans les années 1980, et voit disparaître l’hypothèse rêvée par Jean-Marie Le Pen d’une revanche électorale en forme de triangulaires massives. Même à Tourcoing, où le FN pensait faire un bon score, il devrait y avoir un duel droite/gauche au deuxième tour.

Retrouvez l'analyse de Rémy Lefebvre, chercheur en Science politique à Lille

Outre le faible score de la gauche qui se confirme, c’est l’autre enseignement majeur de ce premier tour de scrutin: la prise de l’électorat frontiste par la majorité présidentielle se poursuit, ainsi que l’hypothèque d’une bonne moitié des votes centristes. De quoi donner une majorité écrasante à Nicolas Sarkozy.

Les estimations des autres instituts de sondage

Selon CSA, l'UMP et ses alliés sont nettement en tête avec 41,3% des suffrages, le Parti socialiste recueillerait 27,2%, le Mouvement démocrate 7,4%, le Nouveau Centre 1,8%, le Parti communiste 4,5% et le Front national 4,2%. Au vu de ces projections, le parti présidentiel obtiendrait entre 440 et 470 des 577 sièges de l'Assemblée, le Parti socialiste entre 60 et 90, le Nouveau Centre entre 20 et 25 sièges et le Modem de zéro à deux députés.

TNS-Sofres crédite la droite (UMP-Nouveau Centre-Divers droite) de 45,8%, la gauche (y compris les Verts) de 36,6% et le MoDem de 7,4%, le Front national et Mouvement national républicain de 5%. Selon ces projections, qui portent sur 555 des 577 circonscriptions, la droite s'octroie entre 405 et 445 sièges, la gauche entre 120 et 160 sièges, le MoDem entre un et quatre.

Les législatives heure par heure, les têtes d'affiche élues au premier tour, en ballotage favorable ou défavorable, c'est à suivre en cliquant ici

Localement, les résultats des leaders de gauche c'est ici, les résultats des leaders de droite c'est ici