Une participation en hausse par rapport à 2002

CIVISME La région parisienne et les DOM-TOM font en revanche partie des cancres...

— 

Le taux de participation au premier tour des élections législatives s'élevait à 22,56% à midi dimanche, contre 19,61% à la même heure lors du premier tour des législatives de 2002 et 31,21% au premier tour de la présidentielle, a-t-on appris auprès du ministère de l'Intérieur.
Le taux de participation au premier tour des élections législatives s'élevait à 22,56% à midi dimanche, contre 19,61% à la même heure lors du premier tour des législatives de 2002 et 31,21% au premier tour de la présidentielle, a-t-on appris auprès du ministère de l'Intérieur. — Pascal Pavani AFP

Une participation plus élevée qu’il y a cinq ans mais bien en deçà de la présidentielle : 49,28% des inscrits avaient voté à 17h, contre 50,23% à la même heure lors du premier tour des législatives de 2002 et 73,63% au premier tour de la présidentielle le 22 avril, a annoncé la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie.

Des départements bons élèves…

Dans le Sud-Est, la progression progressait à midi de quelque 7 points dans les Alpes de Haute-Provence, la Haute-Corse, ou l'Hérault, de près de 5 points dans les Bouches-du-Rhône ou les Alpes-Maritimes.

Dans le Sud-Ouest, elle était en progression de 4,5% en Haute-Garonne ou dans le Tarn, de 12% dans les Pyrénées-Atlantiques (à 29,49%), de 8% en Lot-et-Garonne, de près de 6% en Gironde, de 6,5 points en Charente-Maritime.

Dans l'Ouest, même tendance avec des hausses spectaculaires en Maine-et-Loire où 31,40% des électeurs avaient voté (+14), en Indre-et-Loire (+9), dans le Finistère, dans l'Orne, et dans la Sarthe, le département de François Fillon où 27,5% des électeurs s'étaient déjà déplacés.

On notait des progressions importantes également dans le Nord (+6 points à 23,16%) ou dans les Ardennes (+5), mais aussi en Ardèche (+8,5) et dans la Drôme (+7). Participation aussi en forte hausse dans certains départements du centre de la France, comme la Haute-Loire (+6), et de l'Est: + 7 points dans le Doubs et dans la Meuse.

A midi, les départements les plus «civiques» avaient été le Maine-et-Loire, la Haute-Loire (31,15%), la Haute-Corse (30,56%), l'Aude (30,20%) et l'Ardèche (30,07%).

Dans une vingtaine de départements, la participation était toutefois moindre qu'en 2002, une baisse dépassant rarement les deux points, si ce n'est dans les Deux-Sèvres, le département de Ségolène Royal, où elle était de 3,5 points (23,01% de participation).

La région parisienne et les DOM-TOM parmi les cancres

Parmi les mauvais élèves, la région parisienne où les habitants ont très peu voté à midi, hormis les Hauts de Seine. Le taux de participation n'était ainsi que de 12,5% dans le Val de Marne, 13,29% en Val d'Oise, 14,76% en Seine-St-Denis, 15,04% en Seine-et-Marne, 15,06% en Essonne, 15,71% dans les Hauts-de-Seine et 16,22% à Paris.

Reste le cas particulier des DOM-TOM où un record d’abstention a été atteint samedi. La Guadeloupe enregistre une abstention record de 65,87% alors qu’elle s’était largement mobilisée lors de la présidentielle. Une situation analogue a été observée en Martinique (près de 65% d'abstention) et en Guyane (60%). En revanche, Saint-Pierre et Miquelon a voté davantage (34,34% d'abstention) ainsi que Wallis-et-Futuna (29,67% d'abstention).