Youssouf Fofana jugé responsable de ses actes

JUSTICE Selon des experts psychiatres, son antisémitisme obsessionnel se renforce...

— 

Neuf jours après la mort du jeune homme, enlevé le 21 janvier puis torturé à mort par ses geôliers, le chef présumé du gang, Youssouf Fofana, 25 ans, est toujours en fuite.
Neuf jours après la mort du jeune homme, enlevé le 21 janvier puis torturé à mort par ses geôliers, le chef présumé du gang, Youssouf Fofana, 25 ans, est toujours en fuite. — AFP/Archives
Youssouf Fofana, meurtrier présumé de Ilan Halimi, un jeune Français juif retrouvé agonisant après avoir été torturé, a été déclaré responsable de ses actes par une expertise psychiatrique.

Cette information, révélée par «Le Parisien» devrait permettre de juger le meurtrier devant une cour d’assises.

Les deux experts psychiatres Michel Dubec et Franz Prosper, qui ont procédé à plusieurs entretiens avec l'intéressé, ont conclu que son discernement n'était pas altéré au moment des faits.

Antisémitisme obsessionnel


Selon ces deux experts, qui ont procédé à de nombreux entretiens avec l’accusé, l’antisémitisme de Youssouf Fofana serait devenu obsessionnel depuis qu’il est en prison. «Il est explicitemeent inquiet de nos accointances ou liens de subordination avec la communauté juive qui souhaiterait le tuer», ont confié Michel Dubec et Franz Prosper. Dans ses lettres, il appelle les «djihadistes» à la mort d’Israël et se qualifie de «moudjahidin».

«Le Parisien» relève notamment que l’inculpé a envoyé une lettre à l’avocat de la famille Ilan Halimi, Me Francis Szpiner, dans laquelle il écrit : «Le sang d’un juif vivant doit être coté en Bourse et son cadavre encore plus (…) A mort le 36, quai des orfèvres et l’Etat français. A mort Israël, à mort les juifs».
Youssouf Fofana a été mis en examen pour «association de malfaiteurs en vue d'enlèvement, détention et séquestration en bande organisée avec acte de torture et de barbarie» et «meurtre avec préméditation en raison de l'appartenance vraie ou supposée à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée», devrait donc être jugé devant une cour d'assises.