« Sortir des établissements ghettos »

INTERVIEW Anne Kerkhove, Présidente de la Peep (Parents d'élèves de l'enseignement public)...

©2007 20 minutes

— 

Anne Kerkhove, présidente de la Peep (Parents d'élèves de l'enseignement public).

Votre fédération est-elle en faveur de l'assouplissement de la carte scolaire ?

Oui, car le système a montré ses limites. Les critères de sélection proposés par Xavier Darcos, le nouveau ministre de l'Education, se défendent : élèves boursiers, malades ou ayant un handicap passeront en priorité... Evidemment, on est d'accord avec tout ça. Mais ce qui nous gêne, c'est que d'un autre côté, il risque d'y avoir encore des disparités.

Justement, quels élèves risquent d'être lésés ?

Il va sûrement y avoir très rapidement des grincements de dents du côté des parents des classes moyennes, qui sont souvent les plus nombreux à demander des dérogations. Certaines académies vont être prises d'assaut par les demandes, mais il ne faut pas oublier que cela va se faire dans la limite des places disponibles. Cela va créer pas mal de frustrations.

Comment assurer une plus grande équité ?

Il faut élargir le débat. On aurait préféré que la question de l'autonomie des établissements soit plus abordée. Ce que nous voulons, c'est que chaque élève ait les moyens de réussir et ce, n'importe où. Il faut sortir des établissements ghettos. Pour y parvenir, il faut faire prévaloir le projet de l'établissement, lui donner les moyens d'être attractif, en proposant par exemple une option rare ou une classe européenne. Il faut donner envie aux bons élèves de venir ou de rester.

carte Le gouvernement veut supprimer définitivement la carte scolaire d'ici à trois ans. Pour y parvenir, le taux de dérogations, qui se situait jusqu'ici entre 8 et 10 %, devrait atteindre les 20 % dès la rentrée prochaine. Les parents ont jusqu'au 30 juin pour faire une demande auprès de leur inspection académique. Ils recevront au plus tard une réponse le 22 juillet. Nouveauté, les élèves boursiers (au mérite ou sur critères sociaux) et handicapés passeront en priorité.