La mort de Grégory dope les cartes de donneurs d’organes

— 

AFPTV

Il aura fallu la mort d’une personne pour sensibiliser l’opinion. Mais depuis le décès le 30 avril dernier de Grégory Lemarchal, vainqueur 2004 de la «Star Academy» et malade de la mucoviscidose, les demandes de cartes de donneurs d’organes ont explosé. Selon Marie-Claire Paulet, présidente de France Adot, une association pour le don d’organes et de tissus humains, plus de 33.000 demandes de cartes de donneurs ont été enregistrées depuis le jour du décès du jeune chanteur contre 54.130 sur l’ensemble de l’année 2006.

Le destin de Grégory, qui a attendu, en vain, une double transplantation pulmonaire qui aurait pu allonger la durée de sa vie, a ému beaucoup de jeunes téléspectateurs. Les «nouveaux donneurs sont en majorité âgés de 18 à 30 ans. Il s’agit du public qui regardait la Star Academy. L’émission spéciale de TF1 consacrée à Grégory, le vendredi suivant son décès, a aussi été un véritable déclencheur», confie Marie-Claire Paulet au «Parisien».

La carte de donneurs ne suffit pas

Mais une «carte de donneur ne suffit pas», alerte l’Agence de biomédecine. «La loi impose en effet que les équipes médicales demandent aux proches d’un défunt s’il avait témoigné, de son vivant, de son refus de se faire prélever des organes. La carte n’a aucune valeur juridique et même si un défunt en possède une, il ne peut donner d’organes si sa famille indique qu’il y était opposé».

La carte de donneur a ses travers, estime même l’Agence de biomédecine car «elle dédouane ses détenteurs de parler du don d’organes – sujet désagréable - avec ses proches. Comme ils croient que la carte suffit, leur entourage n’est pas informé de leur volonté». Et l’agence dépendant du ministère de la Santé de conseiller à ceux qui souhaitent donner : «parlez-en autour de vous».

Alexandre Sulzer

Pour en savoir plus sur les dons d'organes :

Tél : 0.800.20.22.24
www.agence-biomedecine.com
www.ledonlagreffeetmoi.com