Sarko amorce sa révolution écolo

©2007 20 minutes

— 

Ils sont d'accord pour discuter, il ne leur reste plus qu'à s'entendre. Nicolas Sarkozy et son « super ministre » de l'Ecologie, Alain Juppé, ont reçu hier les représentants des principales associations et ONG environnementales. L'objectif de cette entrevue était double : préparer un « Grenelle de l'environnement » et poser pour la photo, histoire de montrer que Nicolas Sarkozy, mal noté par les ONG pendant la campagne, sera un président soucieux d'environnement.

Les militants écologistes ont quitté l'Elysée satisfaits. « Nous avons dépassionné le débat », a salué leur figure de proue, Nicolas Hulot. « C'est une réunion historique », a renchéri Alain Bougrain-Dubourg, de la Ligue de protection des oiseaux. Le président de WWF a relevé que le gouvernement s'était « engagé à ne pas prendre de décision contraire aux requêtes » des ONG avant la tenue d'un Grenelle de l'environnement, prévu avant la fin du mois d'octobre.

Cette grand-messe de l'écologie doit accoucher d'un « contrat », a précisé Nicolas Sarkozy. Ce document engagera notamment les participants - Etat, collectivités, syndicats et entreprises volontaires - sur la protection de la biodiversité, le changement climatique et la santé. « L'engagement pris sera moral, politique et public », assure Nathalie Kosciusko-Morizet, spécialiste de l'écologie à l'UMP. La réunion devrait aboutir à des résultats sur la fiscalité environnementale ou les emballages. Mais sur d'autres sujets, comme le nucléaire ou l'agriculture, les discussions s'annoncent beaucoup plus difficiles.

diplomatie Le changement climatique constitue une priorité de l'action diplomatique de la France, a déclaré hier Nicolas Sarkozy à l'envoyé spécial de l'ONU pour le climat, Ricardo Lagos.