Un passager d'Air France porte plainte pour avoir été menotté

AFP

— 

Air France a rouvert à la réservation ses vols entre Paris et Beyrouth mais ils ne partiront qu'à condition que le blocus israélien sur le Liban soit levé, a annoncé mercredi un porte-parole de la compagnie aérienne française.
Air France a rouvert à la réservation ses vols entre Paris et Beyrouth mais ils ne partiront qu'à condition que le blocus israélien sur le Liban soit levé, a annoncé mercredi un porte-parole de la compagnie aérienne française. — Jack Guez AFP/Archives

Un passager qui avait été menotté vendredi dans un avion d'Air France entre New Delhi et Paris a porté plainte contre la compagnie aérienne.

Mohamed Djelloul a expliqué à TF1 qu'il avait constaté que son siège était cassé. Alors que l'équipage lui affirmait qu'aucune autre place n'était disponible, il en avait trouvé une en classe Affaires et l'avait occupée.

Le commandant de bord, après lui avoir demandé plusieurs fois de regagner sa place, avait décidé de le faire menotter jusqu'à l'arrivée à Roissy, où les menottes lui ont été retirées en présence de la police, comme le veut le règlement.

Seul le commandant de bord peut prendre la décision de faire menotter un passager en cas de risque pour la sécurité de l'appareil ou de gêne grave pour les passagers, a précisé Air France. «Je suis resté extrêmement calme», a assuré Mohamed Djelloul.

La décision d'attacher un passager «n'est pas courante, mais pas exceptionnelle», a ajouté Air France. La compagnie aérienne a déclaré s'en remettre à l'enquête en cours.