Le PS et l’UMP s’affrontent sur l’ouverture du gouvernement

— 

Le premier secrétaire du PS, François Hollande, a annoncé vendredi à l'AFP que Bernard Kouchner n'était "plus membre du parti socialiste", après sa nomination comme ministre des Affaires étrangères et européennes du gouvernement Fillon.
Le premier secrétaire du PS, François Hollande, a annoncé vendredi à l'AFP que Bernard Kouchner n'était "plus membre du parti socialiste", après sa nomination comme ministre des Affaires étrangères et européennes du gouvernement Fillon. — Jean Ayissi AFP/Archives

Alors que le dernier sondage du Journal du Dimanche montre que 69% des personnes interrogées sont satisfaites du gouvernement, le débat sur l'ouverture de l'équipe Fillon à d'autres composantes politiques s'envenime entre l'UMP et le PS.

François Hollande se devait d'en parler. Dimanche matin, le premier secrétaire du PS est revenu sur l’ouverture du gouvernement en général et la présence du socialiste Bernard Kouchner en particulier. afin «tout simplement d'obtenir la majorité aux élections législatives pour ensuite avoir les mains libres.» «Une manoeuvre pour préparer les élections législatives», estime pour sa part le porte-parole du parti socialiste, Julien Dray.


«Il est bien mauvais perdant, M. Hollande, lui rétorque le ministre Xavier Bertrand sur Canal+. Il ferait mieux de s'occuper de ce qui se passe au sein du parti socialiste parce qu'on voit que c'est division, division et re-division.»

«C'est un gros problème pour les socialistes», soutient pour sa part le député UMP Pierre Lellouche, qui reconnaît que «l'ouverture peut avoir des conséquences fortes sur le résultat des législatives».

Et vous que pensez-vous de ce gouvernement d'ouverture ? Pour débattre cliquez ici.