« Restez toujours unis et solidaires »

©2007 20 minutes

— 

Ensemble, tout est possible. C'est en substance le message que Jacques Chirac a tenu à faire passer hier soir, lors de sa dernière allocution télévisée comme président de la République. Pendant un discours de quelques minutes, le chef de l'Etat a exhorté les Français à rester « toujours unis et solidaires ».

Même s'il a formulé « tous [s]es voeux » au « nouveau président Nicolas Sarkozy », qui « aura à coeur de conduire le pays plus avant sur les chemins de l'avenir », cette injonction à l'union pouvait cependant être interprétée comme une critique larvée du nouveau chef de l'Etat, souvent accusé de nourrir la division. « Une nation est une famille », a expliqué Chirac, qui « rassemble » et « protège », le tout « dans l'union et le respect des diversités ».

Jacques Chirac a dressé un bilan rapide et positif de ses deux mandats, avançant « la fierté du devoir accompli ». « Nous avons modernisé notre pays dans la fidélité de notre identité », a-t-il assuré, saluant la « créativité française ». Un bilan en forme de modèle selon lui, puisqu'il a invité son successeur à « poursuivre sur la voie engagée ».

Plus personnellement, Jacques Chirac a donné quelques indications sur ses futures occupations. Alors qu'il s'apprêterait à créer une fondation (lire ci-contre), il a affirmé qu'il s'engagerait « dès demain » dans « des projets concrets en France et dans le monde », visant à favoriser « le dialogue des cultures et le développement durable ».

En 1995, François Mitterrand, très affaibli par la maladie, avait dit croire dans « les forces de l'esprit ». A 74 ans, Jacques Chirac, lui, veut continuer à agir.

futur La Fondation pour le développement et l'environnement que compte créer Jacques Chirac a commencé à prendre forme. L'ancien directeur général du Fonds monétaire international, Michel Camdessus, en préside l'association de préfiguration. La fondation, qui doit voir le jour « à l'automne », est un moyen pour Chirac de continuer à « servir autrement » les Français, comme il s'y était engagé en annonçant qu'il ne briguerait pas de troisième mandat.