Sarkozy, la présidence sauce yankee

©2007 20 minutes

— 

Si Nicolas Sarkozy veut pratiquer la rupture, c'est sur la manière d'exercer sa présidence. Sous-entendu comparé à Jacques Chirac, qui doit lui donner les clés de l'Elysée aujourd'hui. Alors qu'il n'est même pas entré en fonction, le futur président a déjà tranché avec les méthodes habituelles pour former son gouvernement.

A quelques exceptions près, c'est le Premier ministre qui propose les noms des ministres en concertation avec le président. Là, Nicolas Sarkozy a pris les choses en main. Quitte à éclipser son probable Premier ministre François Fillon dans les prises de décision. De même, le président élu a rencontré les partenaires sociaux avant d'être officiellement installé.

L'exercice du pouvoir devrait être marqué par la culture du résultat que veut insuffler le Président. Avant la fin de l'année, Nicolas Sarkozy devrait faire voter une révision de la Constitution qui lui permettra de s'exprimer devant les parlementaires, notamment pour faire, chaque année, une sorte de discours de politique générale. Et l'intéressé a également promis qu'il tiendrait des conférences de presse régulières pour évoquer les dossiers et l'actualité.

Tout cela est le signe d'une présidentialisation du régime provoquée par le quinquennat, les cohabitations successives et « la volonté de Sarkozy d'être un président à l'américaine », comme le souligne Dominique Rousseau, professeur de droit constitutionnel.

Sur www.20minutes.fr

L'interview de Dominique Rousseau

démission Le Premier ministre Dominique de Villepin s'est rendu hier après-midi à l'Elysée pour remettre la démission de son gouvernement au président Jacques Chirac.