A quoi ressembleront les 100 premiers jours

POLITIQUE Les chantiers qui devraient être mis en oeuvre très rapidement par Nicolas Sarkozy...

Alexandre Sulzer

— 

Tout au long de sa campagne et au soir de son élection, Nicolas Sarkozy a dressé le tableau de ses grands chantiers, au premier rang desquels le "plein emploi" avec la volonté de "réhabiliter le travail, l'autorité, la morale, le respect".
Tout au long de sa campagne et au soir de son élection, Nicolas Sarkozy a dressé le tableau de ses grands chantiers, au premier rang desquels le "plein emploi" avec la volonté de "réhabiliter le travail, l'autorité, la morale, le respect". — Thomas Coex AFP/archives

Nicolas Sarkozy sait pourquoi il prend quelques jours de vacances: à peine élu, une montagne de chantiers l’attend. Tour d’horizon des 100 premiers jours.

Dès le premier jour de sa prise de fonction, le 16 mai, il proposera aux partenaires sociaux quatre conférences pour septembre (égalité salariale, flexi-sécurité, amélioration des conditions de travail et une dernière sur la démocratie sociale). L'agenda fixé, le président s'attellera à la tâche. Une négociation s’ouvrira tout de suite sur le service minimum dans les transports. Si aucun accord n'est trouvé avec les partenaires sociaux, un projet de loi sera présenté dès l'été afin que cette promesse de campagne soit effective dès la rentrée de septembre.

Dès le deuxième jour, le Président préparera un Grenelle de l'environnement. Débat sur les OGM, instauration d'une taxe carbone et création d'une fiscalité écologique seront à l'ordre du jour en septembre. Sarkozy en profitera pour annoncer les frontières de son ministère du Développement durable.

Place à l’international

Dès la fin de la première semaine, il se rendra à Bruxelles et à Berlin. L’objectif: faire une proposition de relance de la construction européenne. Il veut soumettre aux partenaires européens un «traité simplifié», limité aux questions institutionnelles et qui sera soumis au Parlement et non au référendum. Nicolas Sarkozy espère sortir l’Europe de l’impasse avant la présidence française de l’Union, au deuxième semestre 2008.

Son premier grand rendez-vous international et sa première photo de famille entouré des grands de ce monde interviendra du 6 au 8 juin à l’occasion du sommet du G8, à Heiligendamm, en Allemagne. Il sera ensuite attendu les 21 et 22 juin à Bruxelles pour un sommet de l’Union européenne. Il devrait placer le développement de l’Afrique au cœur de ses préoccupations et tenter de sensibiliser davantage George W. Bush au réchauffement climatique.

Un été bien rempli

Le 1er juillet, Nicolas Sarkozy aura à gérer la question de la hausse du smic, demandée par les partenaires sociaux. Le nouveau Président a d’ores et déjà prévenu qu’il y était opposé et qu’il préférait donner «un coup de pouce à tous les salaires» et pas qu’au smic que ne touchent que 17% des salariés. Et ce, en défiscalisant les heures supplémentaires.

Il présentera aussi un nouveau projet de loi sur la sécurité dès juillet: création d’hôpitaux-prisons, instauration de très controversées peines planchers pour les multirécidivistes seront à l’ordre du jour. Les mineurs multirécidivistes entre 16 et 18 ans seront punis comme les majeurs.

Toujours en juillet, le gouvernement doit faire voter un collectif budgétaire au cours d’une session extraordinaire du Parlement. Il préparera en parallèle la loi de financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) pour 2008.

Enfin, fin juillet, il promet le lancement d’un plan Marshall de la formation pour les jeunes de banlieues. Un emploi ou une formation sera promise à chacun d’entre eux alors que l’effectif des classes devrait être réduit dans les zones d’éducation prioritaire. Alors que le reste de l’été devrait être également mis à profit pour la réforme des universités et la mise en place d’une conférence sur la famille, la rentrée sera l’occasion de mettre en œuvre le contrat de travail unique avec les partenaires sociaux. La «France d’après», voulue par Nicolas Sarkozy, devrait alors être bien sur ses rails.