Le repos du guerrier avant les législatives

AGENDA Sarkozy devrait se faire discret dans les jours qui viennent alors que l'UMP prépare la victoire aux élections à venir...

— 

Nicolas Sarkozy est "parti pour deux-trois jours" lundi à la mi-journée, au lendemain de sa victoire à l'élection présidentielle. M. Sarkozy, sa femme Cécilia et leur fils Louis sont ensuite partis, à bord de deux voitures différentes, pour une destination inconnue.
Nicolas Sarkozy est "parti pour deux-trois jours" lundi à la mi-journée, au lendemain de sa victoire à l'élection présidentielle. M. Sarkozy, sa femme Cécilia et leur fils Louis sont ensuite partis, à bord de deux voitures différentes, pour une destination inconnue. — Thomas Coex AFP

Il s’est offert une nuit à l’hôtel Fouquet’s d’où il est parti avec femme et enfant peu avant midi lundi vers une destination inconnue «pour deux-trois jours», selon son entourage. A peine élu dimanche soir, le nouveau président de la République a décidé de s’offrir quelques jours de vacances. «Il ne fera aucune apparition publique avant la passation de pouvoir officiel le 16 mai», a confirmé rue d’Enghien devant les journalistes, Patrick Ollier.

Dans ce petit laps de temps, Nicolas Sarkozy compte ne pas «donner l’impression d’une République à deux têtes» avec Jacques Chirac. Il laissera donc le président sortant présider seul, les cérémonies du 8 mai.

Du repos en Corse ou en Provence?

Et se garde du temps «pour habiter la fonction, prendre la mesure de la gravité des charges qui pèsent désormais sur ses épaules». Se reposer enfin, notamment, selon son directeur de campagne, dans un lieu qui «aura une signification symbolique forte».

Du 9 au 13 mai, il réunira ses proches collaborateurs dans «un coin ensoleillé» en Provence ou en Corse, où, selon certaines rumeurs, Nicolas Sarkozy devrait se rendre dès lundi. C’est là qu’il devrait décider de la délicate question de la formation du gouvernement.

Retour à Paris à partir du 14 mai, où il devrait réunir les équipes de l’UMP pour préparer les législatives. Mais le parti n’aura pas attendu jusque-là pour préparer cette échéance capitale. Mercredi 9 mai, la commission d’investitures se réunit afin de rendre les derniers arbitrages. Et savoir notamment qui succédera à Nicolas Sarkozy au poste de député des Hauts-de-Seine.

La construction d’une nouvelle majorité présidentielle

Dès lundi matin, Pierre Lellouche, à la sortie du QG de la rue d’Enghien, indiquait que des contacts étaient pris avec des élus UDF alors que Michèle Alliot-Marie parlait d’une «charte présidentielle» (Luc Chatel, porte-parole de l’UMP, évoque lui un «pacte présidentiel») reprenant les propositions du nouveau président de la République, qui permettrait de réunir au-delà du parti.

Dans la ligne de mire: les députés UDF sortants. Ceux qui s’engageront à appartenir à la nouvelle majorité présidentielle et à voter les principales mesures du nouvel exécutif ne se verront pas opposer de candidats UMP dans leur circonscription. La nouvelle «majorité présidentielle» - qui pourrait inclure des personnalités de gauche selon François Fillon – est en marche.

Alexandre Sulzer