Tensions dans la cité des Musiciens aux Mureaux

©2007 20 minutes

— 

Fidèles aux prédictions. Jeunes et policiers se sont affrontés hier soir aux Mureaux (Yvelines). Peu avant 21 h, des pierres jetées depuis la cité des Musiciens atterrissent sur l'artère principale de la ville, où est posté un fourgon de CRS. Des fumigènes « fêtent » la victoire de Nicolas Sarkozy. Ici, tout le monde s'attendait à une « dédicace » à l'arrivée à l'Elysée de l'ancien ministre de l'Intérieur. Même les éducateurs de rue, qui avaient organisé une présence exceptionnelle sur le terrain.

Dès que le signal est donné, deux sections de CRS mobilisées en permanence sur les Mureaux, aidées en renfort hier soir des policiers municipaux et départementaux, avancent vers la cité. Une centaine d'hommes au moins, armés et casqués, progressent vers la cité, tirent deux grenades lacrymogènes, avant de reculer rapidement. Observant un canapé brûler, le directeur adjoint de la sécurité publique, Serge Costello constate : « C'est souvent comme ça ces temps-ci. Ils nous tendent des guets-apens pour nous attirer mais ça ne sert à rien de rentrer dans la cité, il y aurait des blessés inutiles. » Les jeunes confirment : « Sils y vont, ils vont se prendre des parpaings sur la tête », promettent-ils.

Vers 22 h, seule une dizaine de voitures de police guettent les prochains signes d'un retour des hostilités. La situation semble se calmer. Mais « ça ne fait que commencer », lancent des jeunes filles en sortant de la cité des Musiciens.

calme En Seine-Saint-Denis, la situation était globalement calme hier soir à 22 h. A la Courneuve, des électeurs soutenant Ségolène Royal avaient anticipé la défaite tandis qu'à Stains, un bus a été l'objet de jets de canettes, un enfant a été blessé à l'oeil à la Cité Floréal.