«Nicolas Sarkozy était heureux, ému, et pénétré par sa fonction»

Propos recueillis par Stéphane ALLIES

— 

Les députés UMP Marc-Philippe Daubresse (Nord) et Dominique Paillé (Deux-Sèvres) donnent "six raisons de dire non à la privatisation de GDF" et défendent un "rapprochement" du groupe public avec EDF, dans une tribune publiée vendredi par Les Echos.
Les députés UMP Marc-Philippe Daubresse (Nord) et Dominique Paillé (Deux-Sèvres) donnent "six raisons de dire non à la privatisation de GDF" et défendent un "rapprochement" du groupe public avec EDF, dans une tribune publiée vendredi par Les Echos. — Pierre Andrieu AFP/Archives

Marc-Philippe Daubresse, ancien ministre du Logement de Jean-Pierre Raffarin et conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, a vu le nouveau président à 18h30. Il raconte…

Quelles sont vos premières impressions ?

C’est un score sans appel qui montre que c’est un scrutin qui s’est gagné au peuple. Au regard de la nouvelle formidable participation, on remarque aussi les consignes d’abstention n’ont pas été suivies d’effet.

Vous avez rencontré Nicolas Sarkozy, comment était-il?
Il nous a réunis vers 18h30. Il était heureux et ému, mais aussi pénétré par sa fonction, avec une densité très forte dans le regard. Il nous a parlé essentiellement de relations internationales et veut faire changer les choses tant dans la construction européenne et d’un nouveau rapport avec la Méditerranée et l’Afrique que d’une relation nouvelle avec les Etats-Unis.

Avec un tel score, va-t-il liquider l’héritage de Mai 68?

Il ne nous a quasiment pas parlé de politique française, sauf pour aborder les législatives. Il compte saluer Ségolène Royal et ne compte pas revenir sur les polémiques qui ont accompagné la dernière ligne droite de la campagne. Son intention, et il a insisté sur ce point, est d’ouvrir sa majorité jusqu’à la gauche. Désormais, nous avons besoin d’une majorité parlementaire. La campagne sera menée de façon la plus apaisée qui soit, autour d’une idée simple et qui a fait ses preuves : «ensemble, tout est possible».