Quel dispositif policier pour la soirée électorale?

ELECTION Le dispositif policier est comparable à celui de la Coupe du monde de football de 1998 dans la capitale...

— 

Deux personnes ont été tuées, à l'issue d'une course poursuite avec la police qui avait commencé à Paris, lorsque leur véhicule s'est retourné sur la nationale 20 à hauteur de Bourg-La-Reine (Hauts-de-Seine) dans la nuit de vendredi à samedi.
Deux personnes ont été tuées, à l'issue d'une course poursuite avec la police qui avait commencé à Paris, lorsque leur véhicule s'est retourné sur la nationale 20 à hauteur de Bourg-La-Reine (Hauts-de-Seine) dans la nuit de vendredi à samedi. — Pierre Andrieu AFP/Archives

Le résultat de dimanche soir risque-t-il de provoquer des émeutes ? Et a fortiori si Nicolas Sarkozy, pas forcément apprécié par certains jeunes, l’emporte ? Un scénario que la candidate socialiste Ségolène Royal n’a pas hésité à évoquer explicitement vendredi en pronostiquant «des tensions très fortes dans le pays» en cas de succès de son rival.

Les forces de sécurité en présence

Pour prévenir tout risque, pas moins de 80 compagnies de CRS et de gendarmes mobiles (GM) ainsi que des milliers de policiers et gendarmes sont mobilisés. Rien qu’à Paris et dans la petite couronne, quarante compagnies de GM et CRS - soit 3.000 hommes et femmes - doivent être déployées. Des gares de région parisienne sont également surveillées par le Service région de la police des transports (SRPT) afin notamment «de prévenir la venue de bandes» dans la capitale.

«Des milliers» de policiers et gendarmes en uniforme ainsi que des civils comme ceux des Renseignements généraux ou de la police judiciaire (PJ), sont également sur le pied d’œuvre. Soit un déploiement policier correspondant à «un effectif de soirées de grands matches de la Coupe du Monde de football de 1998 ou de nuits de réveillon».

Les banlieues surveillées…


Si des sources policières rappellent qu’il n’y a pas eu d’incidents lors du premier tour, elles évoquent de «possibles débordements», surtout en cas de victoire de Nicolas Sarkozy. Certains quartiers de banlieue parisienne pourraient ainsi faire l'objet d'une surveillance particulière, effectuée par un hélicoptère EC 145 doté d'un puissant projecteur, d'une caméra thermique et d'équipements permettant de détecter les mouvements.

…ainsi que le secteur Concorde

Autre zone qui devrait faire l’objet d’une surveillance particulière : le secteur autour de la place de la Concorde à Paris où une «grande fête populaire» doit se tenir en cas de victoire de la droite. La fête devrait être animée par de nombreux artistes, notamment le chanteur de raï Faudel, Gilbert Montagné et surtout Johnny Hallyday.