84% de participation à 18h30

VOTE 34,11% des inscrits en métropole ont d'ores et déjà accompli leur devoir citoyen...

A.S., avec nos bureaux en régions

— 

Le taux de participation pour le second tour de la présidentielle à Paris atteignait 29,25% à midi, soit plus de deux points de plus que pour le second tour de la présidentielle en 2002, a annoncé dimanche la préfecture de Paris.
Le taux de participation pour le second tour de la présidentielle à Paris atteignait 29,25% à midi, soit plus de deux points de plus que pour le second tour de la présidentielle en 2002, a annoncé dimanche la préfecture de Paris. — Dominique Faget AFP

Mêmes files d’attentes interminables qu’il y a deux semaines : les Français suivent sur la lignée de la forte participation du 22 avril. Et peut-être faire mieux. A 18h30, le taux de participation était de 84% en métropole selon une estimation Ipsos/Dell et de 86% selon une estimation Sofres.

A midi, le taux de participation atteignait déjà 34,11% contre 31,21% au premier tour le 22 avril et 26,2% au second tour de 2002 à la même heure.

Un taux nettement supérieur également à ceux enregistrés au second tour à la mi-journée lors des présidentielle de 1995 (29,6%), de 1988 (28,5%), de 1981 (30,2%) et de 1969 (27,6%). Seule l'élection de 1974 avait vu une plus forte participation à midi (35,62%).

Une bonne participation observée dans plusieurs départements

A Paris, où certains vieux de la vieille disent «jamais n’avoir vu une telle affluence», le taux de participation atteignait 68,27% à 16h45. A la même heure lors du second tour de 2002, ce taux était de 63,5% soit presque 5 points de moins. Il était de 62% il y a quinze jours.

Même scénario dans le nord du pays. Le département du Nord enregistre ainsi un taux de participation de 36,67% à 12h, soit une augmentation de 6,5 points par rapport au premier tour. Le Pas-de-Calais affiche, lui, un taux de 27,93% contre 25,99% le 22 avril.

En Loire-Atlantique, la participation était de 37,97% à midi, soit 10 points de plus qu'à la même heure au premier tour. Dans le Bas-Rhin, elle était de 31,54% contre 28,10 il y a deux semaines.

Autre mobilisation significative en Haute-Garonne dont 38,78% des inscrits avaient voté à midi contre seulement 27,89% en 2002 et 38,69% le 22 avril à la même heure.

Pas vraiment une surprise

Cette forte mobilisation n’est pas une surprise tant il est vrai que l'histoire électorale a montré qu’à l’exception notable de 1969, il y a eu constamment une poussée de participation au tour décisif des présidentielles.

Autre indice : les départements et collectivités d'Outre-mer qui ont voté dès samedi ont, eux aussi, participé en masse. En Nouvelle-Calédonie, la participation a augmenté de 9 points, passant de 62,71% à 71,33%. En Guadeloupe, elle était de 43,23% à 16h samedi contre 37,91% il y a 15 jours. Une hausse de 2 et 3 points était également constatée à la Martinique, en Polynésie française et en Guyane. A Saint-Pierre et Miquelon enfin, la participation a bondi de près de 12 points par rapport au premier tour, à 74,8%.