Le «Mouvement démocrate» présentera un député dans chaque circonscription

POLITIQUE C'est ce qu'a indiqué François Bayrou...

— 

Au lendemain du débat entre les finalistes de la présidentielle, François Bayrou, dont les 6,8 millions d'électeurs sont une des clés du second tour, a confirmé jeudi qu'il ne voterait pas pour Nicolas Sarkozy.
Au lendemain du débat entre les finalistes de la présidentielle, François Bayrou, dont les 6,8 millions d'électeurs sont une des clés du second tour, a confirmé jeudi qu'il ne voterait pas pour Nicolas Sarkozy. — Mehdi Fedouach AFP/Archives

Le «Parti Démocrate» est mort, vive le «Mouvement Démocrate». François Bayrou proposera jeudi au conseil national de l'UDF que son nouveau parti s'appelle le «Mouvement démocrate». Le conseil national devrait autoriser l'UDF à s'engager dans la fondation de ce nouveau parti, dont une première manifestation publique sera organisée «autour du 20 mai».

Un député dans chaque circonscription

«La vie politique française a besoin d'être renouvelée par une démarche politique du 21è siècle, capable de changer profondément l'état d'esprit et les pratiques politiques», a déclaré vendredi le président de l'UDF. «Des dizaines de milliers de Français ont envie de s'engager dans un tel mouvement et nous allons le construire avec eux», a-t-il ajouté, assurant que «la liberté d'esprit est une attente des citoyens».
    
Une première manifestation publique du Mouvement démocrate doit être organisée autour du 20 mai. Ce parti doit présenter aux législatives des candidats dans les 577 circonscriptions, une première fournée de candidats devant être annoncée la semaine prochaine. «L'objectif est que les Français puissent compter sur des députés libres de leur choix, et assez indépendants pour ne pas être inféodés aux uns ou aux autres», a encore souligné François Bayrou.

Des menaces de poursuites judiciaires


L'UDF n'a pas pour autant l'intention d'abandonner l'usage de son sigle à des tiers. Elle «engagera des poursuites judiciaires contre ceux qui avaient déposé le nom de l'UDF, sans en avoir le droit», a ajouté l’entourage de François Bayrou en référence au député Hervé de Charette, ex-UDF qui a rejoint l'UMP en 2002. Après son départ, l'ancien ministre des Affaires étrangères avait en effet déposé la marque «Union pour la démocratie française UDF» auprès de l'Institut national de la propriété industrielle (INPI), en mars 2004.