Une fuite de gaz fait trois morts à Bayonne

— 

Trois personnes, dont un enfant de six ans, ont péri asphyxiées vendredi à Bayonne dans une maison d'habitation à la suite d'une fuite de gaz provoquée par l'effondrement d'un talus, a-t-on appris auprès de la préfecture. La maison se situait en bordure de la Nive, selon la mairie.

Cuve de gaz

«Un talus qui jouxte la maison s'est affaissé, sans doute à la suite de fortes pluies», a indiqué la préfecture. «Le talus, situé à l'arrière de l'habitation, a percuté une cuve de gaz provoquant une fuite», a-t-elle précisé. «La maison était occupée par quatre personnes, trois d'entre elles sont décédées. Il s'agit des parents et d'un enfant, décédés par asphyxie à la suite de la fuite de gaz», a-t-elle ajouté.

Une fillette de deux ans qui se trouvait également dans la maison au moment du drame a été hospitalisée, a précisé la préfecture. Ce sont des voisins inquiets devant la maison fermée qui ont prévenu les pompiers vers 8h. Selon la préfecture, la totalité du gaz qui était contenu dans la cuve s'est libéré dans la maison.

Violents orages


De violents orages accompagnés d'importantes précipitations dans la nuit de jeudi à vendredi ont provoqué des inondations au Pays basque. Les pompiers ont été mobilisés dès 05H40 pour des maisons inondées, des mises en sécurité de personnes, des pompages ou des nettoyages. En milieu d'après-midi, les secours avaient effectué 344 interventions, selon la sécurité civile.

Le ministre de l'Intérieur François Baroin s'est rendu sur place et a assuré la «solidarité du gouvernement» aux victimes des inondations promettant des indemnisations rapides pour catastrophe naturelle. Il a visité, au côté du ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie, le poste de commandement mobile situé au centre de secours de Saint-Pée-sur-Nivelle.

François Baroin a «donné des instructions au préfet ainsi qu'à l'administration centrale du ministère pour que les dossiers de demande de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle soient instruits dans les meilleurs délais», a indiqué un communiqué du ministère précisant qu'ils seront «soumis à la commission interministérielle qui se réunira le 31 mai».

En fin d'après d'après-midi, la situation était revenue à la normale, selon la sécurité civile. Huit personnes ont dû être hélitreuillées à Saint-Pée-sur-Nivelle, Ascain et Bidart et quatre d'entre elles ont été hospitalisées en état d'hypothermie à Bayonne, où leur état n'inspirait pas d'inquiétude. Certaines d'entre elles étaient perchées sur le toit de leurs voitures ou avaient trouvé refuge dans des arbres.

L'importance de ces inondations, qui ont conduit à l'interruption provisoire de la circulation sur la N 918 reliant Saint-Pée-sur-Nivelle et Saint-Jean-de-Luz est due, selon les pompiers, à la conjonction des fortes précipitations et de la marée montante qui ralentit le débit de la Nivelle.