« Venez avec nous, osez ! »

©2007 20 minutes

— 

Une élection se gagne

au centre, et Ségolène Royal

l'a bien compris. Hier soir, pour son dernier meeting de campagne à Lille, terre historique de la gauche que pourrait ga­gner Sarkozy, la candidate socialiste a une fois de plus multiplié les signaux en direction des électeurs UDF.

Visitant un peu plus tôt une usine nordiste, elle a salué François Bayrou qui a annoncé, au lendemain du débat, qu'il ne « votera pas pour Nicolas Sarkozy ». Sans pour autant soutenir nommément la candidate PS.

Le président de l'UDF est «  courageux », a commenté

Sé­golène Royal, estimant qu'« il va au bout de sa

cohérence ». « J'en tiendrai compte », a-t-elle promis, assurant que si elle est élue, elle travaillera « avec le centre en général et François Bayrou en particulier ».

Dans la soirée, devant quelque 20 000 personnes massées au parc des expositions, elle s'est de nouveau affichée avec Dominique Strauss-Kahn et Jacques Delors. Le plus centriste des socialistes a expliqué que « l'ouverture politique » de Royal « n'est pas une ouverture politicienne », mais « une adresse au mouvement social ». Sa fille, Martine Aubry, maire de Lille, a cité François Mit­terrand selon lequel « élargir ses horizons ne contraint

pas à abandonner sa propre route ». Ségolène Royal, de son côté, a appelé à « rassembler toutes les générations » et à « faire con­verger toutes les énergies positives ». « A ceux qui peuvent encore chan­ger d'avis, je tends la main, venez avec nous, osez ! »,

a-t-elle lancé. Selon son con­seiller Vincent Peil­lon, « elle doit aller chercher encore quelques centaines de milliers de voix ». Il lui reste 48 heures.

artistes Nouveau meeting people. Hier à Lille, étaient présents Renaud, le cinéaste François Ozon, ou la romancière Marie Darrieussecq.