Sexisme: Touraine veut «faire reculer la loi du silence»

© 2015 AFP

— 

La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine à l'Elysée, le 4 mars 2015
La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine à l'Elysée, le 4 mars 2015 — Eric Feferberg AFP

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, a souligné vendredi la nécessité de «faire reculer la loi du silence» en matière de sexisme, de stéréotypes ou de violences contre les femmes.

Dans un entretien à metronews, à deux jours de la Journée internationale de la femme, Mme Touraine, en charge des droits des femmes, ajoute que «l'interdiction de certains comportements sexistes ou des discriminations en raison du sexe figure déjà dans la loi ou le Code du travail».

«Notre loi est beaucoup plus protectrice qu'on ne l'imagine (...) Ce qu'il faut, c'est faire reculer la loi du silence pour que la loi de la République puisse s'appliquer», dit-elle.

Selon la ministre, qui se dit «féministe», «les mentalités changent» mais «le sexisme n'a pas disparu, et notamment le sexisme au travail, qui a la vie dure».

Marisol Touraine, à qui est remis vendredi un rapport sur le sexisme au travail, défend l'idée que «la lutte contre le sexisme soit intégrée dans les règlements intérieurs des entreprises».

Elle rappelle que le gouvernement a «mené l'an dernier une campagne décalée pour déconstruire les stéréotypes dans les métiers». «Nous souhaitons pouvoir renouveler ce genre d'opération pour lutter contre le sexisme au travail. Il faut montrer que celui-ci passe souvent par de petites choses, qui peuvent paraître anodines: des mots employés, des comportements faussement protecteurs», dit-elle.

Selon Mme Touraine, «le sexisme ordinaire, c'est celui qui veut qu'on appelle une femme systématiquement par son prénom, ou qu'on s'adresse à elle en lui disant +ma petite+, tout en sachant très bien que c'est dévalorisant».