« Une relative suprématie de Royal »

©2006 20 minutes

— 

Stephen Bunard

Coach en communication.

« Ce débat s'est traduit oralement et gestuellement par une relative suprématie de Royal. La candidate était penchée en avant, regardait son adversaire dans les yeux, occupait l'espace, elle a donné de la puissance à son discours. Elle a souri, s'est permis des clins d'oeil et des mouvements de tête de ceux qui ont l'ascendant. De son côté, Sar­kozy a utilisé beaucoup de gestes de la main, par souci de pédagogie, mais aussi pour se défendre. Le candidat UMP regardait Royal par en dessous, il paraissait rabougri, presque petit garçon. Là où la dépense d'éner­gie de Sarkozy fait mouche en meeting, lors d'un débat télévisé, c'est moins évident. »