A Charléty, Royal s'offre un immense show

PRESIDENTIELLE La veille du débat avec Nicolas Sarkozy, la candidate PS a prononcé un discours d'une heure devant 40.000 personnes...

avec AFP

— 

"Dimanche prochain, vous aurez le choix entre deux modèles de société", a-t-elle poursuivi, qualifiant le meeting "d'événement à la hauteur d'une victoire espérée".
"Dimanche prochain, vous aurez le choix entre deux modèles de société", a-t-elle poursuivi, qualifiant le meeting "d'événement à la hauteur d'une victoire espérée". — Eric Feferberg AFP

Un stade Charléty (Paris, XIIIème arr.) archi-comble, une tripotée de people et un discours de plus d’une heure. Ségolène Royal s’est offert son show le plus impressionnant de l’entre-deux tours mardi 1er mai, une date qui ne doit rien au hasard, selon son propre aveu.

«J'ai reçu tellement de bonheur partagé ce soir que tout le reste est oublié. Je suis avec vous, libre, droite, pour, dimanche prochain, faire gagner la France», s'est-elle exclamée au début de son discours. «Je vous salue peuple de France, peuple libre, peuple fier, peuple insoumis et qui veut la victoire», avait-elle commencé.

Une foule en liesse

«On va gagner, on va gagner!, Ségolène présidente», l'a régulièrement interrompue la foule. Selon les organisateurs, en plus des 40.000 personnes que peut contenir le stade, dont les portes ont du être fermées plusieurs heures avant le discours de la candidate, quelque 20.000 personnes se pressaient à l'extérieur.

La candidate socialisre, jupe et veste blanches sur corsage rouge, est entrée à 19h dans l'enceinte, sur l'air de la chanson de sa campagne «Tous unis pour porter l'espérance, tous unis pour faire gagner la France, Ségolène tu peux compter sur nous, l'avenir sera au rendez-vous».

Le premier secrétaire François Hollande, Dominique Strauss-Kahn, Bertrand Delanoë, Jack Lang, Elisabeth Guigou étaient présents à ce grand rassemblement, parmi beaucoup d'autres responsables.

«Mon courage, c’est vous !»

«Je suis solide, je le savais mais le courage du combat politique, je l'ai construit avec vous pendant les 18 mois de campagne électorale. Mon courage, c'est vous, mon courage, c'est pour vous, mon projet, c'est vous!», a-t-elle lancé devant une forêt de drapeaux.

La candidate a dit vouloir «pour son pays la paix et la fraternité». «Vous êtes là pour une France rassemblée et fière de l'être. Vous êtes là pour une France qui libère les énergies, crée des richesses et les répartit bien», a-t-elle ajouté, invitant les Français à «écrire une nouvelle page de l'histoire de France» dimanche. «Dimanche prochain, vous aurez le choix entre deux modèles de société», a-t-elle poursuivi, qualifiant le meeting «d'événement à la hauteur d'une victoire espérée».

Des pics contre Nicolas Sarkozy

«Maquiller un bilan n'est pas tâche facile. Certains réécrivent l'histoire, captent celle des autres pour brouiller les pistes et créer de la confusion dans les esprits», a-t-elle lancé en allusion à son rival UMP. «Nous ne sommes pas rassemblés un 1er mai par hasard. Cette date a un sens historique. Elle est la fête de la solidarité et de la demande de dignité du monde ouvrier», a-t-elle déclaré, pédagogue.

Déclinant les principales mesures de son programme, elle s'est notamment engagée à revaloriser les bas salaires, affirmant que «la vraie valeur travail, c'est d'abord payer le travail à sa valeur». Elle s’est enfin engagée à soumettre son projet de VIème République par référendum «dès septembre».

Pour lire le compte-rendu du meeting en temps réel, cliquer ici