«Je voterai en mon âme et conscience»

Catherine Fournier

— 

"L'islam hors d'Europe", "Les Françaises aux Français": si crânes rasés et treillis se font plus discrets au sein du défilé du Front national pour Jeanne d'Arc, certains slogans ont la vie dure parmi des militants très réticents à voter dimanche au second tour de la présidentielle.
"L'islam hors d'Europe", "Les Françaises aux Français": si crânes rasés et treillis se font plus discrets au sein du défilé du Front national pour Jeanne d'Arc, certains slogans ont la vie dure parmi des militants très réticents à voter dimanche au second tour de la présidentielle. — AFP

Ils étaient tous impatients de connaître sa consigne de vote. Quelques milliers de personnes – environ 2.400 selon la police, 15.000 selon le Front national – ont assisté au traditionnel discours du 1er mai de Jean-Marie Le Pen, mardi matin place l’Opéra, après avoir défilé depuis la place Saint-Augustin (Paris 8e).

Vote utile

Ils ont eu une réponse claire: le leader frontiste a appelé ses électeurs à «s'abstenir massivement» lors du second tour, et à prendre une «revanche» lors des législatives. Ses fidèles vont-ils observer scrupuleusement les consignes du maître? Pas sûr, si l’on en croit ce jeune homme de 28 ans, originaire de Grenoble et qui souhaite rester anonyme: «Je pense que les gens vont voter malgré tout pour Sarkozy», pronostique-t-il. De fait, d'après les sondages, près des deux tiers des électeurs de Jean-Marie Le Pen se reporteraient sur le candidat UMP.

Vincent, 28 ans également, regrette que son mentor ait appelé à l’abstention. «Il aurait dû laisser le libre choix.» Ce professeur d’anglais parisien s’est résigné à voter Nicolas Sarkozy, pour faire barrage à Ségolène Royal. «Entre le pire et le moins pire, je choisis la deuxième solution.» En somme le vote utile.

Dans les rangs des militants, c’est le «tout sauf la gauche» qui prime. Christelle, professeur de communication originaire de l'Est, espérait même que Jean-Marie Le Pen appellerait à voter Sarkozy. «Parce qu'il est contre l'immigration non maîtrisée, pour la valeur travail et que l'UMP a su capter les attentes des Français.» Si elle ne va pas jusque-là, Françoise, 82 ans, préférerait également que ce soit Sarkozy qui l'emporte. Militante de Saint-Cloud, elle accomplira bien son devoir civique dimanche, mais pour glisser un bulletin blanc dans l'urne. Tendance fleur de lys pure et dure, elle n'attend rien de la «bataille de cocus» du second tour.

«Volonté divine»

Eleonore, elle, ne se résoud pas à voter quoi que ce soit. A 23 ans, elle a voté Le Pen aux deux tours en 2002, Le Pen encore au premier tour cette année, et, avant même la consigne du leader, elle avait décidé de s'abstenir pour le second. «“Ni gauche, ni droite, Front national”», c’est notre slogan depuis trente ans, ça ne va pas changer maintenant renchérit Georges Walter, un militant originaire de Grasse (Alpes-Maritimes). Il se refuse toutefois à dévoiler son intention de vote: «Je voterai en mon âme et conscience.» D’autres font appel à «la volonté divine» pour les éclairer dans ce «non-choix». Une chose est sûre, ils glisseront tous un bulletin FN les 10 et 17 juin prochains pour les législatives.