PRESIDENTIELLE

Bayrou, doper le pouvoir d'achat

«François Bayrou et des anciens membres du Parti socialiste sont heureux de vous annoncer la naissance...

« François Bayrou et des anciens membres du Parti socialiste sont heureux de vous annoncer la naissance, le 6 mai 2007, de la social-démocratie à la française. » François Bayrou rêve de commencer son mandat en adressant ce faire-part aux Français.Concrètement, l'apparition de cette social-démocratie se manifesterait d'abord par la constitution d'un gouvernement d'une vingtaine de ministres issus de gauche, de droite et du centre. Corinne Lepage, Bernard Kouchner ou Pascal Lamy pourraient être nommés à Matignon. Membres possibles de leur équipe : des parlementaires UDF (Jean-Christophe Lagarde, Maurice Leroy, Jean Arthuis...) ; des ex-ministres UMP (François Goulard, Azouz Begag) ; des patrons et hauts fonctionnaires marqués à gauche (Denis Olivennes, Jean Peyrelevade).Se présenteront, dans la foulée, les législatives. Le leader de l'UDF ne doute pas que les Français éliront une majorité de candidats investis par ses soins. Restera à agir, et vite. Premier objectif, doper le pouvoir d'achat et lutter contre le chômage. Toute entreprise pourra créer deux emplois sans payer de charges pendant cinq ans. Un « small business act » sera voté pour protéger les PME, par exemple en leur accordant un quota de marchés publics. Mission suivante, la lutte contre l'exclusion, avec la mise en place d'une allocation sociale unique et la possibilité pour chaque allocataire d'exercer une activité dans une association ou une collectivité, et ainsi d'arrondir ses fins de mois. Ultime rendez-vous de l'été, la réforme constitutionnelle, avec l'introduction d'une dose de proportionnelle dans la loi électorale.

Le Pen La première action de Jean-Marie Le Pen serait de commander un audit pour connaître la situation financière du pays. Place ensuite à l'introduction de la proportionnelle dans toutes les élections et à l'utilisation du référendum comme moyen de réforme. La première question posée aux Français viserait à durcir les conditions de naturalisation. La deuxième à limiter le poids des impôts. Le Pen entend aussi négocier avec les pays européens « pour retrouver notre souveraineté dans un certain nombre de domaines ».