Décès du poète et écrivain occitan Yves Rouquette

© 2015 AFP

— 

Drapeau frappé de la croix occitane lors d'une manifestation pour la défense de la langue d'Oc, à Béziers, le 17 mars 2007
Drapeau frappé de la croix occitane lors d'une manifestation pour la défense de la langue d'Oc, à Béziers, le 17 mars 2007 — Boris Horvat AFP

Le poète et écrivain Yves Rouquette, chantre de la culture occitane, est décédé dimanche à l'âge de 78 ans à son domicile de Camarès (Aveyron), a-t-on appris lundi auprès de son entourage.

Né en 1936 à Sète, Yves Rouquette, qui exerça longtemps son métier de professeur de français à Béziers, s'est imposé au fil de ses écrits et de son action comme une figure incontournable de la défense et de la promotion de la langue occitane.

Il fonda la revue «Viure» (1965-1973) et fut un des principaux animateurs du mouvement «Volèm viure al païs» («Nous voulons vivre au pays»), mouvement autonomiste et socialiste. Il fut également à l'origine de la maison de disques Ventadorn (1969) consacrée à la chanson occitane, ainsi que du Centre international de documentation occitane (1974), devenu aujourd'hui le Centre interrégional de développement de l'occitan, installé à Béziers.

Il mit en place une des premières écoles bilingues Calendreta, où l'enseignement est dispensé en français et en occitan.

Il avait également été très impliqué dans la lutte des paysans du Larzac dans les années 70 et dans le mouvement de contestation des viticulteurs du sud de la France.

Auteur d'une trentaine de recueils de poésie, de romans, de pièces de théâtre et autres contes, Yves Rouquette avait également traduit en occitan plusieurs chefs d’œuvre de la littérature française (Giono, Molière, etc) et italienne.

Yves Rouquette, époux de la femme de lettres Marie Rouanet, tenait encore récemment une chronique hebdomadaire dans l'édition dominicale de la Dépêche du Midi, intitulée «Accent d'Oc».