Décès du cinéaste français René Vautier, réalisateur d'«Avoir 20 ans dans les Aurès»

© 2015 AFP

— 

Le cinéaste français René Vautier, pose à côté de l'affiche de son film anticolonialiste de 1948 "Avoir 20 ans dans les Aurès", le 13 février 2008 à son domicile de Cancale
Le cinéaste français René Vautier, pose à côté de l'affiche de son film anticolonialiste de 1948 "Avoir 20 ans dans les Aurès", le 13 février 2008 à son domicile de Cancale — Marcel Mochet AFP

René Vautier, cinéaste engagé et anticolonialiste, réalisateur du film sur la guerre d'Algérie «Avoir 20 ans dans les Aurès», est mort dimanche matin à 86 ans, a-t-on appris auprès de sa famille.

Il est mort à l'hôpital, en Bretagne où il résidait, a annoncé à l'AFP sa femme Soazig Chappedelaine Vautier.

Ce réalisateur à la vie mouvementée, qui a connu la fuite, la prison, la grève de la faim, les menaces et les condamnations, se revendiquait comme «le cinéaste français le plus censuré».

Il était notamment l'auteur de «Afrique 50», court-métrage réalisé à 20 ans, devenu le premier film anticolonialiste du cinéma français. L'oeuvre a été censurée pendant quarante ans et lui a valu une condamnation à un an de prison.

Son regard s'est beaucoup porté sur la guerre d'Algérie, avec notamment «une Nation l'Algérie» (1954), pour lequel il a été poursuivi pour «atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat», «Algérie en flammes» (1958). Il est surtout le réalisateur de «Avoir 20 ans dans les Aurès», son oeuvre la plus connue, prix de la critique internationale au festival de Cannes en 1972.