Drame de Nantes: la présidence annonce la «mort clinique» d'une victime

© 2014 AFP

— 

La police effectue des relevés à côté du véhicule qui a fauché plusieurs personnes sur le marché de Noël de Nantes le 22 décembre 2014
La police effectue des relevés à côté du véhicule qui a fauché plusieurs personnes sur le marché de Noël de Nantes le 22 décembre 2014 — Georges Gobet AFP

François Hollande a annoncé le «décès» d'une des victimes de l'attaque de Nantes, mardi en marge d'un déplacement à Saint-Pierre-et-Miquelon.

Son entourage a ensuite indiqué qu'il s'agissait de la «mort clinique» d'une de ces victimes, «déjà annoncée par le procureur de Nantes», selon cette même source.

Un automobiliste a foncé lundi sur un marché de Noël bondé du centre de Nantes, blessant dix personnes avant de se porter plusieurs coups de couteau, au lendemain d'un incident similaire à Dijon.

«Les Français doivent continuer à faire ce qu'ils ont à faire, à préparer Noël et à le faire avec solidarité à l'égard des victimes puisque je viens d'apprendre qu'il y a eu un décès à Nantes et que nous devons là aussi exprimer notre solidarité à l'égard de la famille qui a aujourd'hui été frappée et à l'égard de toutes les familles des personnes blessées», a déclaré le chef de l'Etat.

Son entourage a ensuite indiqué qu'il s'agissait de la «mort clinique» d'une de ces victimes, déjà annoncée par le procureur de Nantes à certains médias.

«Nous sommes déterminés, nous sommes vigilants, nous sommes également dans l'action, dans la lutte contre le fanatisme, le terrorisme», a assuré M. Hollande.

«Même si tous les événements de ces derniers jours ne peuvent pas se rapporter à cette seule cause, il n'y a qu'un événement qui peut être regardé clairement comme un acte terroriste, c'est celui de Joué-lès-Tours, mais nous sommes pleinement dans l'action et en même temps nous voulons montrer que la vie continue», a-t-il ajouté.