L'homme qui avait blessé Bertrand Delanoë a disparu

— 

L'homme qui avait blessé avec un couteau le maire de Paris Bertrand Delanoë, en 2002, et avait été interné d'office dans un établissement psychiatrique en 2004, a disparu depuis le début de la semaine, a-t-on appris samedi auprès de la police. Son signalement a fait l'objet d'une diffusion aux services de police, a-t-on indiqué de même source, en confirmant des informations du journal «Le Parisien».

A l'issue d'une enquête judiciaire, Azedine Berkane avait bénéficié en 2004 d'un non-lieu après avoir été jugé pénalement irresponsable de cet acte, en raison de son état psychiatrique.

Une telle décision entraîne un internement d'office dans un établissement psychiatrique. Mais, selon la police, il bénéficiait d'une autorisation de sortie et devait se présenter à un rendez-vous avec ses médecins traitants en début de semaine, qu'il n'a pas honoré. Il ne les a plus contactés depuis.

Claude Dagorn, le directeur de l'établissement psychiatrique de Ville-Evrard, à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis), n'était pas immédiatement joignable samedi. Il a indiqué au «Parisien» que M. Berkane bénéficiait depuis peu d'une «formule de sortie d'essai (...) car les médecins traitants estimaient que sa sortie en milieu extérieur ne posait pas de problème de sécurité».

M. Berkane, un chômeur vivant à Bobigny (Seine-Saint-Denis), âgé de 39 ans au moment des faits, avait blessé le maire de Paris à l'abdomen le 6 octobre 2002, dans un des salons de l'Hôtel de Ville, alors que la première «Nuit blanche» organisée dans la capitale battait son plein. L'agression avait éloigné M. Delanoë de ses fonctions pendant plus d'un mois.

Des experts, qui avaient examiné M. Berkane à l'époque, avaient estimé qu'il souffrait «d'un délire chronique avec une structure paraphrénique», qui peut plonger le malade dans des états délirants souvent alimentés par une thématique religieuse.