Interpellation musclée et filmée près de Rouen

avec AFP

— 

Le préfet de Seine-Maritime, Jean-François Carenco, a demandé jeudi l'ouverture d'une enquête administrative après l'interpellation musclée — et filmée — de deux jeunes mardi soir par la police à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen.

Le préfet indique avoir saisi «le cabinet du ministre de l'intérieur aux fins qu'une enquête administrative soit diligentée par l'IGPN sur la consistance réelle des faits présentés (les images sont très floues) et sur les suites à y donner». Il rappelle qu'il appartient au procureur de la République «de diligenter une action publique s'il l'estime nécessaire».

Des images difusées sur France 3

France 3 a diffusé jeudi dans son journal de la mi-journée les images de cette interpellation, tournées par l'occupant d'un immeuble au pied duquel les violences se sont déroulées. Sur les séquences diffusées, on voit un policier plaquer la tête d'un des deux jeunes sur le toit d'une voiture.

On distingue ensuite ce qui semble être des coups de pied donnés par des policiers à l'autre jeune alors qu'il est au sol. Un chien est lâché ensuite contre lui. Enfin, on les distingue jetés sans ménagement dans un fourgon de police.

Des policiers blessés


Le préfet indique que, selon les comptes rendus de la police, «les individus en cause ont gravement agressé les policiers, ont proféré des menaces de mort inacceptables, tant à l'encontre des fonctionnaires de police que de leur familles». Selon lui, «la question qui se pose est celle de la proportionnalité de l'usage de la force face à une situation que chaque jour les fonctionnaires de police, dans des situations difficiles, sont amenés à engager en toute responsabilité».

De source policière, on indique que les deux personnes en cause ont été interpellées au cours d'un contrôle pour conduite «apparemment» en état d'ivresse après un accident. Placées en garde à vue mardi soir pour outrages et rébellion, elles ont été déférées jeudi après-midi devant le parquet de Rouen. Le parquet n'était pas, en fin de journée, en mesure de préciser la suite judiciaire qui serait donnée à cette affaire.