Sarkozy pas le bienvenu à la Croix-Rousse

PRESIDENTIELLE Quelque 200 à 300 personnes, hostiles à sa venue, lui ont fait annuler sa visite...

De notre correspondant à Lyon, Frédéric Crouzet, et avec AFP

— 

Reuters

Il a voulu voir la Croix-Rousse, il a vu finalement Villeurbanne. Nicolas Sarkozy a annulé jeudi après-midi sa visite du quartier de la Croix-Rousse, à Lyon, où il devait se rendre chez un pâtissier-chocolatier, alors que quelque 200 à 300 personnes hostiles à sa venue manifestaient aux cris de «Karcher» en brandissant des pancartes «Vous n'êtes pas le bienvenu».

Parmi les manifestants, Gérard, crieur public, salarié de la mairie PS du IVe arrondissement de Lyon, a expliqué à la presse: «ici, c'est le quartier des Canuts. On ne va pas accepter la venue d'un représentant du patronat». Une femme a confié : «les moutons, on ne les égorge plus depuis longtemps». De son côté Karim, étudiant en classe préparatoire, a fait part de son hostilité à la discrimination positive prônée par Nicolas Sarkozy. Pour lui, «la discrimination positive, ça veut dire qu'un arabe ne peut pas réussir sans l'Etat».

Certains badauds se sont dits surpris de la forte présence policière, antinomique, selon eux, de «la rencontre d'un candidat à la présidentielle avec les Français».

Une annulation officiellement pas en relation avec la manifestation

Quelques partisans du candidat UMP ont tenté des «Sarkozy, président», vite étouffés par les cris des manifestants.

Officiellement, Emmanuel Hamelin, député UMP de la 2ème circonscription de Lyon, a expliqué que l'annulation de la visite était due au retard du candidat UMP. «Il n'y a pas de relation avec la manifestation».

Nicolas Sarkozy s'est rendu ensuite à Villeurbanne où il a visité une entreprise de tapisserie de luxe. Il y a proposé une déduction fiscale jusqu'à 50.000 euros pour les personnes soumises à l'ISF qui investissent dans le développement de commerces et d'entreprises artisanales.