Saint Georges, martyr des Turcs

LIVRE « Ici, aujourd'hui, on fête Irène. Chez quelques chrétiens d'Orient, on célèbre un saint Georges, qui fut martyr des Turcs au...

©2007 20 minutes

— 

François Reynaert, journaliste et écrivain, publieLa Planète des saints (Hachette Littératures). Il dressetoute cette semaine pour 20 Minutes le portrait de saints. Aujourd'hui sainte Irène et saint Georges.

« Ici, aujourd'hui, on fête Irène. Chez quelques chrétiens d'Orient, on célèbre un saint Georges, qui fut martyr des Turcs au XIXe siècle. Dans le martyrologe, c'est-à-dire le catalogue recensant tous les saints, on en compte jusqu'à vingt-huit, depuis le premier Georges connu, la vedette, celui qui tua le dragon.Les Grégoire, eux, sont trente-sept. Parmi eux, on trouve des pères de l'Eglise aux noms très chics : saint Grégoire de Nysse,saint Grégoire de Naziance. Les Marie sont soixante-deux : il y a des franciscaines, des martyres, des pénitentes, des fondatrices d'ordre, et même une vierge et mère, ce qui n'est pas rien. Quant aux Pierre,ils sont quatre-vingt-sept. Comme les autres, tous ces Pierre sont saints. Cela veut dire qu'ils habitent au paradis. Un proverbe fameux veut que là-haut, le bon Dieu reconnaisse les siens.Certes, mais quand on en a jusque quatre-vingt-sept qui portent le même prénom, ça ne doit pas être facile tous les jours. »