Les éboueurs attendent

— 

Suite à la grève des éboueurs de la Sita, les ordures n'ont pas été ramassées depuis trois jours dans 180 communes franciliennes et trois arrondissements.
Suite à la grève des éboueurs de la Sita, les ordures n'ont pas été ramassées depuis trois jours dans 180 communes franciliennes et trois arrondissements. — Reuters

Depuis lundi, les poubelles commencent à s'amonceler dans certains quartiers de la capitale et dans les communes franciliennes. Les éboueurs de la Sita Ile-de-France (groupe Suez), en grève depuis lundi pour des augmentations de salaires, ont décidé de poursuivre le mouvement mercredi, après l'échec de nouvelles négociations avec la direction. Selon les syndicats, le mouvement est suivi par 90% du personnel, et concerne plus de 180 communes franciliennes sur 200, et trois arrondissements de Paris (10e, 18e et 19e).

Les syndicats réclament des augmentations de salaires de 3% rétroactivement au 1er janvier, et 1% en juillet. «Quand une société engrange 12 millions de bénéfices, ce qui est le cas cette année, elle peut bien verser 3,5% d'augmentation sur l'année, ce qui représente 1,8 millions d'euros» a déclaré Mario David, responsable syndical FO.  «Nous voulions aller défiler ce matin sur le périphérique, mais on nous a retiré toutes les clés des camions» a-t-il ajouté.