L’Angolagate rebondit

JUSTICE Le parquet requiert le renvoi de Pasqua et de Jean-Christophe Mitterrand…

— 

Dans son réquisitoire, un document de 500 pages, le procureur demande leur renvoi notamment pour "trafic d'influence et commerce illicite d'armes".
Dans son réquisitoire, un document de 500 pages, le procureur demande leur renvoi notamment pour "trafic d'influence et commerce illicite d'armes". — Thomas Coex AFP/Archives

Jean-Christophe Mitterrand et Charles Pasqua sont de retour devant la justice. Le parquet de Paris a requis mercredi leur renvoi en correctionnelle aux côtés de 40 autres personnes dans le cadre de l’affaire de trafic d’armes vers l’Angola.

Il y a du beau monde aux côtés de l’ancien ministre de l’Intérieur et du fils aîné de François Mitterrand: le romancier Paul-Loup Sulitzer, l’ancien conseiller de François Mitterrand Jacques Attali, l’ex-préfet du Var Jean-Charles Marchiani, ou encore le député UMP du Rhône Georges Fenech.

L'aîné Mitterrrand demandera la relaxe

Tous sont soupçonnés d’avoir reçu des pots-de-vin de la part du sulfureux Pierre Falcone, lui aussi prévenu dans cette affaire et personnage emblématique de cet «Angolagate». La justice reproche à cet homme d’affaires d’avoir organisé la vente d’armes au régime angolais en 1993 et 1994 via sa société Brenco.

Pour sa part, Jean-Christophe Mitterrand demandera la relaxe. Le parquet a retenu contre lui le «recel d’abus de biens sociaux» et le «trafic d’influence», mais a demandé un non-lieu pour l’infraction de «complicité de commerce illicite d’armes».

En tant que sénateur, Charles Pasqua bénéficie, lui, d’une immunité.

Le procès devrait avoir lieu courant 2008, si le juge Philippe Courroye, chargé du dossier, confirme la décision du Parquet. Il pourrait avoir lieu dans le courant de l'année 2008