Un prince saoudien accusé de trafic de drogue

JUSTICE Son procès commence à 13 h…

— 

Le tribunal correctionnel de Bobigny a renvoyé mercredi soir le procès de dix personnes, dont un prince saoudien, accusées d'avoir participé à un vaste trafic de cocaïne, en 1999, entre la Colombie et l'Europe.
Le tribunal correctionnel de Bobigny a renvoyé mercredi soir le procès de dix personnes, dont un prince saoudien, accusées d'avoir participé à un vaste trafic de cocaïne, en 1999, entre la Colombie et l'Europe. — Fred Dufour AFP

Un prince saoudien comparait cet après-midi pour trafic de cocaïne. Nayef Bin Fawaz al Chaalan et des trafiquants colombiens sont convoqués au tribunal de Bobigny qui doit examiner le volet français d’une affaire aux ramifications internationales. Aucun des dix prévenus n’est présent à l’audience.

Le compte-rendu du procès à venir sur 20 minutes.fr

Le prince Nayef est accusé d’avoir utilisé son jet personnel et sa couverture diplomatique pour faire passer deux tonnes de cocaïne en France le 6 juin 1999. Lors d'un premier procès en 2003, le tribunal avait jugé et condamné les hommes de main ayant participé au déchargement et au stockage de la drogue.

L'instruction du volet international a été plus longue, ralentie par des lourdeurs procédurales et la coopération difficile entre les justices française et américaine, qui a inculpé en 2002 le prince pour cette affaire. Aux Etats-Unis, d'autres Colombiens, dont trois jugés mercredi, ont mis en cause directement le Saoudien en échange de réductions de peine.

Selon son avocat Me Vergès, «il n'existe pas de preuve matérielle que l'avion du prince a transporté la cocaïne». Il développe la thèse d'un «complot» américain contre son client.

Déjà trois fois renvoyée, l'affaire devrait être examiné sur une demi-journée maximum et le jugement mis en délibéré.