Greenpeace s'introduit dans le débat sur l'EPR

NUCLEAIRE Comme dans un moulin. Douze militants de Greenpeace ont pénétré hier dans l'enceinte de la centrale nucléaire...

©2006 20 minutes

— 

Comme dans un moulin. Douze militants de Greenpeace ont pénétré hier dans l'enceinte de la centrale nucléaire EDF de Belleville-sur-Loire (Cher). Après avoir franchi les grilles du site, les activistes ont escaladé une tour, avant de la descendre en rappel et d'y peindre « EPR = Danger ».Habituée au coup de force, Greenpeace veut mobiliser contre le nucléaire mais cette intrusion inquiète Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Ce spécialiste du terrorisme juge « tout à fait anormal que des manifestants aient pu s'introduire sur le site sans être détectés ». Car « même s'ils n'ont pas pénétré dans le bâtiment ultra-sécurisé où se trouve le réacteur, cette déficience du système de sécurité est inquiétante surtout en termes d'image par rapport à des groupes terroristes », estime l'expert. Hier à 20 h, les gendarmes ont commencé à évacuer les militants, qui n'opposaient aucune résistance. Claude Kupfer, le préfet du Cher a tenu à dédramatiser l'incident en soulignant « qu'à aucun moment la situation a été dangereuse pour le site nucléaire ».