«L’Ofpra a perdu son indépendance»

IMMIGRATION Un jeune Tamoul expulsé par la France et tué dans son pays…

— 

Elanchelvan Rajendram, jeune Tamoul de 30 ans, avait demandé l’asile politique en France. Il a été débouté et reconduit dans son pays, au Sri Lanka. Le 28 février au matin, Elanchelvan a été abattu par des soldats dans son village du nord de l'île.

Me Gilles Piquois, l’avocat d’Elanchelvan Rajendram, revient sur la politique française de droit d’asile concernant les Tamouls.

Pour quelles raisons Elanchelvan Rajendram a-t-il été débouté?
Aujourd’hui, le facteur le plus important pour décrocher le droit d’asile, c’est la chance. Nous n’avons reçu qu’une réponse stéréotypée, comme à chaque fois, alors que les Tamouls sont persécutés au regard des critères de la convention de Genève. Ils sont discriminés en raison de leur race, de leur religion et de leurs idées politiques. Le Haut comité aux réfugiés (HCR, émanation des Nations unies) a d’ailleurs réagi en décembre 2006. Il a recommandé aux Etats d’accorder le statut de réfugiés aux Tamouls et de réexaminer le dossier de tous ceux déjà déboutés. Le Royaume-Uni a suivi le HCR, mais pas la France.

Le cas d’Elanchelvan Rajendram est-il isolé?
Malheureusement non. L’Ofpra (Office français pour la protection des réfugiés et apatrides) a durci sa politique. Elle ne veut plus accorder de statut aux Tamouls depuis le cessez-le-feu de 2002 signés par le gouvernement et les rebelles Tamouls. L’accord a été rompu depuis longtemps, mais l’Office n’a pas changé sa ligne de conduite! En 2006, seulement 5,1% des Sri Lankais obtenaient l’asile, contre 60% il y a dix ans.

Pourquoi cette évolution?
C’est une question politique. L’ex-ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy, qui voulait s’en servir pour réguler l’immigration, a changé la loi pour pouvoir nommer un préfet en tant que co-directeur de l’Ofpra -un poste traditionnellement dévolu à un diplomate. Résultat, on observe une baisse significative des demandes d’asile acceptées. L’indépendance politique de l’Office n’est plus assurée.