Strasbourg: ils disaient «s'entraîner» au jihad avec des armes factices dans un parc

© 2014 AFP

— 

Le meurtrier présumé de Christelle Maillery, collégienne de 16 ans tuée de 31 coups de couteau en 1986 au Creusot (Saône-et-Loire), s'est évadé mardi de l'hôpital psychiatrique, a-t-on appris auprès du parquet de Chalon-sur-Saône
Le meurtrier présumé de Christelle Maillery, collégienne de 16 ans tuée de 31 coups de couteau en 1986 au Creusot (Saône-et-Loire), s'est évadé mardi de l'hôpital psychiatrique, a-t-on appris auprès du parquet de Chalon-sur-Saône — Patrick Kovarik AFP

La police de Strasbourg a contrôlé lundi dans un parc un groupe de personnes qui affirmaient «s'entraîner» au jihad avec des armes factices, et l'un d'eux a été interpellé mardi, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Suite à un appel, la police était intervenue en fin de journée pour contrôler l'identité de six ou sept «barbus en djellaba» qui s'adonnaient à des exercices dans un parc public, a précisé une de ces sources.

A leur arrivée, les policiers auraient été accueillis aux cris de «mécréants» et ont contrôlé l'identité de six ou sept participants, dont l'âge n'a pas été précisé.

Ils s'entraînaient avec des armes factices et ont déclaré aux policiers «s'entraîner au combat» au «nom du jihad», a-t-on précisé.

Aucun d'entre eux n'avait été placé en garde à vue lundi.

Mais l'un de ces hommes a été interpellé mardi et une procédure a été ouverte contre lui pour «outrage à agent», a précisé une source proche du dossier.