Le médecin condamné, l’infirmière acquittée

— 

Des peines de 2 ans de prison avec sursis et d'un an avec sursis ont été respectivement requises jeudi à l'encontre d'une médecin et d'une infirmière jugées par la cour d'assises de la Dordogne pour avoir donné la mort à une patiente atteinte d'un cancer en phase terminale.
Des peines de 2 ans de prison avec sursis et d'un an avec sursis ont été respectivement requises jeudi à l'encontre d'une médecin et d'une infirmière jugées par la cour d'assises de la Dordogne pour avoir donné la mort à une patiente atteinte d'un cancer en phase terminale. — Jean-Pierre Muller AFP

Le Docteur Laurence Tramois, jugée devant la cour d'assises de la Dordogne pour avoir donné la mort à une patiente atteinte d'un cancer en phase terminale, a été condamnée jeudi à un an de prison avec sursis. L'infirmière Chantal Chanel a été acquittée.
 
La condamnation du Docteur Tramois ne sera pas inscrite à son casier judiciaire.
    Dans un réquisitoire d'environ 1 heure 30, partagé avec le vice-procureur Frédéric Bernardo, l'avocat général Yves Squercioni avait demandé 2 ans de prison avec sursis à l'encontre du Dr Tramois, accusée de «complicité d'empoisonnement» et un an avec sursis contre Mme Chanel, qui répondait du chef d' «empoisonnement».
    L'infirmière Chantal Chanel, 40 ans, et le Dr Laurence Tramois, 35 ans, étaient accusées d'avoir, le 25 août 2003, respectivement administré et prescrit une injection létale de potassium à Mme Druais, 65 ans, atteinte d'un cancer du pancréas en phase terminale.