Royal reprend la main sur la fiscalité

P. K. (avec AFP)

— 

Ségolène Royal affirme que dans la campagne présidentielle du PS c'est elle-même qui "trace la ligne" et "propose des solutions efficaces" sans être "prisonnière d'aucun dogme".
Ségolène Royal affirme que dans la campagne présidentielle du PS c'est elle-même qui "trace la ligne" et "propose des solutions efficaces" sans être "prisonnière d'aucun dogme". — Eric Feferberg AFP/Archives

Finis les atermoiements des éléphants, les tiraillements stratégiques. Face à la montée de François Bayrou, Ségolène Royal reprend la main, les hiérarques en rangs serrés derrière elle et clarifie le point qui avait fait le plus débat au début de la campagne: la fiscalité.

«Le nouveau barème a creusé les inégalités»

Dans le collimateur de la candidate: «le nouveau barème» de l'impôt sur le revenu, qui a «scandaleusement creusé les inégalités», explique-t-elle jeudi dans «Les Echos».

«Ce qui s'est passé sur les tranches les plus hautes n'est pas juste», remarque la candidate, qui envisage de mettre en débat un nouveau barème dans le cadre de la loi de Finances 2008.

…A venir, une interview de Didier Migaud, conseiller budgétaire de Ségolène Royal…

En revanche, Ségolène Royal n’envisage pas de toucher à l’impôt sur la fortune. En janvier, le sujet avait créé la polémique au plus haut niveau du parti: François Hollande s’était déclaré favorable à des hausses d’impôts pour les hauts revenus, contredit immédiatement par Ségolène Royal. Dominique Strauss-Kahn, lui, avait suggéré la création d’un impôt pour les Français de l’étranger, une idée écartée par Ségolène Royal.  

La réforme dans le collimateur de Ségolène Royal a été portée par Jean-François Copé: le nombre de tranches d'imposition pour l'impôt sur le revenu ainsi que les taux ont été réduits. Le gouvernement a aussi créé un «bouclier fiscal», qui plafonne à 60% des revenus le montant total de l'imposition directe.