Réactions après la mort de Lucie Aubrac

— 

Catherine Tourier, responsable du Réseau éducation sans frontière (RESF) à Lyon, qui a côtoyé Lucie Aubrac à la fin de sa vie.

«Je garde le souvenir d’une femme de caractère qui s’est engagée toute sa vie et qui, dans sa jeunesse, a su choisir son camp. Elle disait souvent, comme beaucoup de résistants, qu’elle avait fait ce qu’elle devait. Son naturel, sa joie de vivre et la simplicité de son engagement sont admirables. Ce qui me touche le plus, c’est que malgré la difficulté de l’âge et de la maladie, elle n’a pas hésité à accepter la présidence du comité de soutien d’une élève sans papier du lycée Edouard Herriot, où elle avait enseigné, en septembre 2006.»

Ségolène Royal


«La France perd en Lucie Aubrac l'une des grandes figures de la République», a-t-elle déclaré dans un communiqué après son décès, mercredi soir. Exprimant sa «tristesse», Ségolène Royal a souligné que «cette grande résistante a incarné la lutte des Français pour la liberté et, dans ce combat, a illustré la participation des femmes». «Lucie Aubrac a été aussi une femme de conviction dont les valeurs de gauche l'ont conduite à se battre en faveur de la décolonisation (...) Elle n'a jamais cessé de transmettre son savoir et ses valeurs à la jeune génération», a-t-elle ajouté.


Nicolas Sarkozy


«Elle était une résistante d'hier et une citoyenne de tous les jours. C'est une grande femme de France qui nous quitte aujourd'hui", a déclaré le candidat UMP dans un communiqué.
Selon lui, «avec la disparition de Lucie Aubrac, c'est l'une des plus belles pages de la Résistance française qui se tourne (...) Au nom de la liberté, elle refusa la soumission de la France, la haine et l'antisémitisme. Et au nom du courage et de l'amour, elle prit tous les risques et s'illustra lors de la libération de son époux et de Jean Moulin».

Jacques Chirac

«Engagée dans la défense de la Liberté, elle a aussi transmis tout au long de sa vie, et notamment à la jeunesse, les valeurs issues de la Résistance» a-t-il déclaré.
«Les Français garderont en mémoire son audace et son courage inouïs pour libérer son mari et ses compagnons, mais aussi son engagement, jusqu'aux limites de ses forces, dans tous les grands combats modernes de la République», a-t-il estimé.
Le chef d’Etat a joint au téléphone l'époux de Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, a précisé l'Elysée.

Dominique de Villepin

Le Premier ministre salue «une femme d'action éprise de liberté et de justice» et rappelle «son engagement précoce dans le combat contre l'Occupant et, tout particulièrement, sa participation déterminante à l'évasion de son époux, Raymond Aubrac, en octobre 1943».
Pour Dominique de Villepin, «la France perd aujourd'hui une femme d'honneur, de ténacité et d'engagement, dont le dévouement au service de son pays et des causes les plus nobles ne s'est jamais démenti».