Lucie Aubrac, une figure de la Résistance disparaît

Sa. C. avec AFP

— 

Lucie Aubrac, l'une des dernières grandes figures de la Résistance, est décédée mercredi soir à l'Hôpital suisse de Paris, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), à l'âge de 94 ans, a indiqué à l'AFP son mari, Raymond Aubrac.
Lucie Aubrac, l'une des dernières grandes figures de la Résistance, est décédée mercredi soir à l'Hôpital suisse de Paris, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), à l'âge de 94 ans, a indiqué à l'AFP son mari, Raymond Aubrac. — Anne-Christine Poujalat AFP/Archives
C’est une héroïne de la Résistance qui nous quitte. Lucie Aubrac s'est éteinte mercredi soir à l'âge de 94 ans. Inlassable militante et mémoire vive d’une époque tourmentée, l'une des dernières personnalités de la Résistance à avoir connu Jean Moulin se rendait fréquemment dans les collèges et les lycées pour témoigner.

.../... A suivre sur 20minutes.fr: l'interview de Denis Peshanski, chercheur au CNRS, historien spécialiste de la Seconde Guerre mondiale.

Jacques Chirac a proposé qu'une cérémonie soit organisée aux Invalides pour son inhumation, à une date restant à déterminer, selon son mari Raymond Aubrac.
Retour sur une vie d’engagement.
 
Entrée dans la Résistance
 
Née le 29 juin 1912, dans une famille de vignerons bourguignons, Lucie Bernard, agrégée d'histoire et militante aux Jeunesses communistes, est professeur à Strasbourg où elle rencontre Raymond Samuel - qui deviendra Raymond Aubrac dans la clandestinité. Elle l'épouse le 14 décembre 1939. En août 1940, elle organise une première fois son évasion d'une prison de Sarrebourg (Moselle).
A l'automne 1940 en zone libre, elle rencontre à Clermont-Ferrand, le journaliste Emmanuel d'Astier de la Vigerie qui organise un petit groupe clandestin «La dernière colonne» et fait paraître un journal clandestin «Libération», noyau de Libération-sud, un des premiers mouvements de résistance.

Lucie Aubrac enseigne au lycée de jeunes filles Edgard-Quinet de Lyon jusqu'en novembre 1943, date de sa révocation pour ses convictions gaullistes.
A partir de novembre 1942, elle dirige dans la région lyonnaise un corps franc qui organise des évasions. Par un judicieux stratagème, elle parvient en mai 1943, à faire libérer son mari, emprisonné depuis mars.
Le 21 juin 1943, Raymond Aubrac est arrêté par Klaus Barbie avec Jean Moulin, chef du Conseil national de la Résistance (CNR) et une dizaine de résistants à Caluire, près de de Lyon. Quatre mois plus tard, avec ingéniosité et sang-froid, les armes à la main, Lucie Aubrac réussit à libérer son mari et treize autres résistants lors d'un audacieux coup de main durant leur transfert.
Recherchée par la Gestapo, elle gagne Londres le 8 février 1944, avec son petit garçon Jean-Pierre, et accouche quatre jours plus tard d'une fille Catherine.
 
«Madame conscience»

A la Libération, Lucie Aubrac rejoint son mari, nommé commissaire de la République (préfet) à Marseille, puis représente le Mouvement de libération nationale à l'Assemblée consultative à Paris. Celle qu'Emmanuel d'Astier de la Vigerie avait surnommée «Madame conscience» est également membre du jury de la Haute Cour de justice du procès Pétain.
Elle poursuit son engagement militant, pour Amnesty international, puis dans les rangs du Réseau Femmes pour la parité et s'était récemment mobilisée pour les sans-papiers. Plus tard, elle s'associe à Reporters sans frontières: en octobre 2001, elle envoie un message de soutien au journaliste Michel Peyrard, otage des talibans en Afghanistan puis en novembre 2006, elle signe une pétition Justice pour Anna Politkovskaïa.
En 1997, le réalisateur Claude Berri lui avait rendu hommage avec son film «Lucie Aubrac», incarnée par Carole Bouquet.
En avril 1998, les époux Aubrac obtiennent que l'historien Gérard Chauvy et son éditeur Albin Michel soient condamnés pour «diffamation publique» à propos du livre «Aubrac, Lyon 1943» qui mettait en doute leur rôle dans la Résistance.
Grand officier de la Légion d'honneur, elle était l'auteur de «Ils partiront dans l'ivresse» (1984), et de «Cette exigeante liberté» (1997).
En mars 2004, avec plusieurs figures de la Résistance, comme l'ancien dirigeant communiste Maurice Kriegel-Valrimont ou l'ethnologue Germaine Tillion, elle avait signé un appel aux jeunes générations à réagir devant la remise en cause du «socle des conquêtes sociales de la Libération».
En décembre de la même année, son nom est donné à un collège de Villetaneuse (Seine-Saint-Denis) pour «associer son nom à la liberté et à l'audace», deux qualités dont elle aura fait preuve toute sa vie. Elle vivait à Paris avec son mari Raymond, aujourd’hui âgé de 92 ans.