Une leçon de mots contre les maux de l'école

EDUCATION Le retour aux fondamentaux continue. Après le calcul et la grammaire, Gilles de Robien s'attaque au vocabulaire. Le ministre de l'Education nationale (lire aussi p. 10) a indiqué hier qu'il signera dans quelques jours la circulaire permettant d'appli...

©2006 20 minutes

— 

Le retour aux fondamentaux continue. Après le calcul et la grammaire, Gilles de Robien s'attaque au vocabulaire. Le ministre de l'Education nationale (lire aussi p. 10) a indiqué hier qu'il signera dans quelques jours la circulaire permettant d'appliquer les préconisations contenues dans le rapport remis par Alain Bentolila.Le linguiste recommande des « leçons de mots » régulières. Sa prescription ? Mettre en place dès la maternelle un corpus préétabli de termes nouveaux à acquérir jusqu'au CM2. Des mots pour soigner les maux constatés par le linguiste. « Il y a des inégalités considérables entre les enfants au début de la scolarité », explique Alain Ben­tolila. Ainsi, au CE1, il peut y avoir jusqu'à « cinq ans d'écart », en termes de niveau, entre deux élèves. Les mieux dotés étant régulièrement les plus favorisés socialement. La leçon de mots serait donc une sorte d'antidote à l'illettrisme, une médecine pour l'apprentissage de la lecture. A condition que la prise soit régulière : « Deux fois par semaine et quatre à cinq mots par séquence », précise le linguiste.

Olivier Marino