Strasbourg à trois mois et 2 h 20 de Paris

TRANSPORTS Réseau ferré de France inaugure aujourd’hui la ligne à grande vitesse de l’Est

©2006 20 minutes

— 

Un train nommé jackpot ? A moins de trois mois de l'entrée en fonction du TGV-Est, le 10 juin, Réseau ferré de France (RFF) célèbre aujourd'hui l'inauguration de la ligne à grande vitesse, qui couvrira 300 km de parcours. Un événement qui aura une résonance particulière à Strasbourg, bientôt placée à deux heures vingt de Paris. Si la ville entend profiter de l'effet TGV qui a souri à d'autres agglomérations déjà desservies, elle n'en attend pas des miracles. « Le TGV n'est qu'un vecteur potentiel, lance Benjamin Puc­cio, de l'agence de développement et d'urbanisme de l'agglomération strasbourgeoise. Pour qu'il ait une vraie fonction d'accélérateur, il faut montrer qu'il y a des projets en place. » L'extension du réseau du tram, la cons­truction d'un Zénith ou la création du quartier Danube, près du centre, s'inscrivent dans cette dynamique globale, estime la ville.Pas forcément suffisant, prévient la CCI du Bas-Rhin : « Le TGV est un vecteur de développement extraordinaire si les autres infrastructures de transport suivent. Or, certaines routes autour de Strasbourg sont archi-saturées, souligne son vice-président, Jean-Luc Heimburger. Le foncier fait aussi défaut, il faut ouvrir de l'espace pour les entreprises. » Seule certitude : des retombées positives pour le tourisme, notamment grâce aux « Parisiens qui pourront facilement passer un week-end en Alsace », souligne l'office du tourisme, qui compte sur une hausse de 20 % à 30 % de la fréquentation annuelle (actuellement 3 à 4 millions de visiteurs).

A Strasbourg, Jonathan Barbier

La SNCF table sur une hausse, d'ici à 2010, de 170 % du trafic passagers entre Paris et les quatre gares d'Alsace (infographie), qui passerait de 1,2 million à 3 millions de personnes par an.