L'addition du TGV mal digérée

TRANSPORTS Trois mois avant sa mise en service, les futurs tarifs du TGV-Est font grincer des dents. Le conseil général de la Mo­selle demande ainsi à la SNCF de revoir ses prix en menacant de réviser sa position quant au financement de la deuxième phase de la ...

©2006 20 minutes

— 

Trois mois avant sa mise en service, les futurs tarifs du TGV-Est font grincer des dents. Le conseil général de la Mo­selle demande ainsi à la SNCF de revoir ses prix en menacant de réviser sa position quant au financement de la deuxième phase de la ligne entre Baudrecourt (Moselle) et Vendenheim (Bas-Rhin). Le comité économique et so­cial de la Lorraine enfonce le clou, en estimant les tarifs supérieurs de 17 % à 40 % à ceux des autres lignes TGV.Les usagers sont aussi critiques : « Les prix sont bien trop chers pour les familles qui préféreront prendre leur voiture », regrette ainsi le président de la fédération d'usagers Fnaut. Adrien Zeller, le président UMP d'Alsace estime qu'il « ne faut pas faire de procès a priori. Le cofinancement était le seul moyen de payer le TGV. » Enfin, la SNCF martèle que 20 % seulement des clients paieront le plein tarif.

A Strasbourg, L. Meignin