La justice peut-elle examiner l'immobilier de Sarkozy ?

ENQUÊTE es accusations prennent de plus en plus de poids. Le Canard enchaîné a publié hier un nouveau volet de son enquête sur le patrimoine des candidats à la présidentielle. Après avoir accusé, factures à l'appui, Nicolas Sarkozy d'avoir bénéficié d'une r...

©2006 20 minutes

— 

Les accusations prennent de plus en plus de poids. Le Canard enchaîné a publié hier un nouveau volet de son enquête sur le patrimoine des candidats à la présidentielle. Après avoir accusé, factures à l'appui, Nicolas Sarkozy d'avoir bénéficié d'une réduction de plus de 300 000 € sur l'achat et l'aménagement d'un duplex en 1997, l'hebdomadaire dévoile la contrepartie supposée de la ristourne.Quelques mois avant d'avoir vendu au couple Sarkozy l'appartement, le promoteur immobilier Lasserre a acheté des terrains à la ville de Neuilly avec, selon Le Canard, 775 000 € d'économie. Le candidat UMP rétorque que cette réduction est due à une chute des prix. Faux, répond le journal, la baisse date de 1992-1993 et cite une étude allant en ce sens.Si la presse a jusqu'à présent peu relayé ces accusations, la justice pourrait être amenée à statuer. Plusieurs scénarios sont possibles. D'abord, le parquet de Nanterre peut se saisir. Ce qui semble peu probable, surtout en période électorale. Autre possibilité, un particulier ou une association s'estimant lésé pourrait déposer une plainte pour « entente illicite » ou « prise illégale d'intérêts » avec constitution de partie civile, une enquête préliminaire serait alors ouverte. Au risque de relancer les soupçons de corruption sur les politiques et sur l'opportunisme des « affaires » en pleine campagne présidentielle. Un proche du dossier estimait hier que « l'éventuel plaignant doit avoir des pièces en main et pas de simples coupures de presse ».Le Canard enchaîné explique également que François Bayrou est le seul des quatre gros candidats à échapper à l'impôt sur la fortune (ISF) car son patrimoine est classé en « biens professionnels ». Sa qualité d'éleveur et d'exploitant agricole l'emportant sur son activité de député. La semaine précédente, c'était au tour de Ségolène Royal d'être épinglée pour avoir minimisé son patrimoine dans sa déclaration d'ISF.

Arnaud Sagnard