Le corps retrouvé dans le Rhône est bien celui de Julien

ENQUETE Les résultats de l'expertise ADN ont confirmé l'identité…

©2006 20 minutes

— 

L'autopsie du corps retrouvé dans le Rhône lundi, qui est très probablement celui du petit Julien, enfant de 3 ans disparu près de Valence le 29 janvier, permettra de connaître dès mercredi les causes de la mort, a déclaré mardi le procureur de la République de Valence Jean-Paul Nahon.
L'autopsie du corps retrouvé dans le Rhône lundi, qui est très probablement celui du petit Julien, enfant de 3 ans disparu près de Valence le 29 janvier, permettra de connaître dès mercredi les causes de la mort, a déclaré mardi le procureur de la République de Valence Jean-Paul Nahon. — AFP/Archives

Le corps retrouvé lundi dans le Rhône est bien celui de Julien Séry, 3 ans et demi, selon les résultats de l'expertise ADN rendus publics ce vendredi par le procureur de la République de Valence, Jean-Pierre Nahon.


«Le corps de l'enfant découvert le 5 mars 2007 à 16h45 au barrage de Baix à Logis-Neuf (Drôme) correspond, après comparaison d'ADN, à celui de l'enfant Julien Sery, disparu le 29 janvier 2007 à Bourg-lès-Valence», a annoncé le procureur.

L'autopsie pratiquée mercredi, par contre, n'a pas révélé les causes du décès. «Seuls des examens complémentaires pourront dire avec certitude les raisons de la mort », a indiqué Jean-Pierre Nahon.

« L'autopsie n'a pas mis en lumière de traces de blessure ou de traumatisme », a ajouté le procureur. Mais les nouvelles expertises risquent de prendre du temps, environ trois semaines. Les résultats sont jugés essentiels pour débloquer une enquête qui piétine.

Suicide du beau-père

D'abord suspecté, Jean-Eric Zemia, beau-père de Julien, a été gardé plus de treize heures en garde à vue puis relâché le 31 janvier, car les «éléments contre lui étaient trop ténus».

Hospitalisé après s'être poignardé, il est mort dans la nuit. Une information judiciaire pour enlèvement et séquestration a été ouverte le 15 février. Mais la perquisition effectuée le 17 février au domicile familial n'avait rien apporté de nouveau.