AZF : fausse alerte sur le Bordeaux-Lyon

C.F (avec AFP)

— 

Une alerte à la bombe signée du groupe AZF sur un viaduc à Busseau-sur-Creuse (Creuse) a provoqué l'interruption partielle du trafic ferroviaire sur la ligne Bordeaux-Lyon mardi matin, a-t-on appris auprès de la préfecture.
Une alerte à la bombe signée du groupe AZF sur un viaduc à Busseau-sur-Creuse (Creuse) a provoqué l'interruption partielle du trafic ferroviaire sur la ligne Bordeaux-Lyon mardi matin, a-t-on appris auprès de la préfecture. — Olivier Morin AFP/Archives

Une mauvaise blague. Qui a mobilisé agents de la SNCF, démineurs, pompiers, gendarmes… Et provoqué l'interruption partielle du trafic ferroviaire sur la ligne Bordeaux-Lyon mardi matin. L’alerte à la bombe signée du groupe AZF sur un viaduc à Busseau-sur-Creuse (Creuse) s’est avérée fausse.

«Toutes les piles du viaduc et même le tablier ont été inspectés et on a rien trouvé», a affirmé Richard Rousseau, responsable du Réseau ferré de France pour les régions Centre-Limousin à 20minutes.fr. «On s’en doutait un peu car cette ligne n’est pas très fréquentée, a-t-il ajouté. Mais par précaution, tout a été vérifié.» Le trafic a repris normalement et une enquête est en cours pour retrouver le ou les auteurs du canular.

Une lettre avait été découverte mardi matin en gare de Busseau-sur-Creuse. Selon Richard Rousseau, elle disait ceci : «Il y a une bombe artisanale sous la structure du viaduc. A chaque passage de train, la bombe peut se déclancher (sic) à tout moment. Attention à ne pas prendre ce message à la légère. AZF» Ce groupe était apparu fin 2003 et avait déjà revendiqué le dépôt d'un engin explosif en février 2004, sous la voie ferrée du Paris-Toulouse, à Folles (Haute-Vienne), prétendant contraindre l'Etat à lui verser une rançon.