Le meurtrier des inspecteursdu travail était dépressif

©2006 20 minutes

— 

Une vie banale qui a basculé dans le drame. Le procès de Claude Duviau, l'agriculteur qui a tué en septembre 2004 deux inspecteurs du travail, s'est ouvert hier devant les assises de Dordogne, à Périgueux. Cette première audience, consacrée à l'examen de la personnalité de l'accusé, a donné de lui l'image d'un homme « droit », qui a « sombré dans la dépression », selon les témoins.« Dès l'âge de 9 ans, je travaillais à la ferme avant d'aller à l'école », a expliqué Claude Duviau, le bas du visage barré par une large cicatrice après avoir tenté de se suicider en se tirant une balle sous le menton le jour du drame. En 1982, il devient agent d'assurances, fonction qu'il occupera pendant près de vingt ans. « Je me sentais bien dans ce métier, j'avais un rôle utile », confie-t-il avec un fort accent du Sud-Ouest. Puis c'est le retour à la terre et le début des ennuis. Difficultés financières, problèmes familiaux, Claude Duviau, une première fois condamné pour travail saisonnier illégal, sombre dans la dépression. En 2003, il fait une tentative de suicide, prenant comme « une insulte d'avoir des dettes ».Le 2 septembre 2004, deux contrôleurs du travail, Daniel Buffière et Sylvie Trémouille, viennent lui notifier la présence irrégulière de nouveaux saisonniers. Claude Duviau leur tire dessus avec son fusil de chasse et les abat. Il retourne l'arme contre lui, mais ne parvient pas à se tuer. Verdict prévu vendredi. (Avec AFP)