C'est la rentrée au collège Al-Kindi

— 

Enseignants et élèves arrivent au collège lycée Al-Kindi de Decines le 5 mars 2007.
Enseignants et élèves arrivent au collège lycée Al-Kindi de Decines le 5 mars 2007. — no credit

Le collège-lycée musulman Al-Kindi de Décines, près de Lyon, qui doit devenir à terme le plus grand établissement de ce type, a ouvert partiellement pour une vingtaine d'élèves de sixième lundi matin, a constaté une journaliste de l'AFP.

La première élève est arrivée vers 08H30, seule, en présence d'une nuée de journalistes. Les responsables de l'établissement et de l'association Al Kindi -du nom d'un savant arabe-, porteuse du projet, étaient eux arrivés vers 08H00 sur l'ancien site industriel, situé en face de barres d'immeuble de la commune.

«On est bien content, ça va apaiser les tensions. Sous l'égide de la justice on a trouvé un terrain d'entente. Nous allons continuer comme ça dans le respect des lois de la République», a commenté Rachid Guergour, responsable de la Grande Mosquée de Lyon venu lui aussi assister à cette rentrée, initialement prévue en septembre dernier.

Au terme d'une bataille de plusieurs mois contre le rectorat de Lyon, et divers recours, le collège-lycée Al Kindi a obtenu le feu vert du Conseil supérieur de l'Education (CSE) pour son ouverture, fin février.

Dès le 18 février, à l'issue d'une réunion entre direction et familles, l'association avait toutefois fait part de son intention d'ouvrir partiellement, pour des élèves de 6e, 5e et 4e, ce lundi.

Le collège-lycée Al-Kindi est le deuxième établissement de ce type en France après le lycée Averroès de Lille, mais le premier en taille avec une capacité d'accueil qui doit rapidement être portée à 140 élèves.