Raymond Barre se dit victime «du lobby juif»

— 

- 1978-1981: ministre du Budget (gouvernement Barre sous la présidence de Giscard d'Estaing)
- 1978-1981: ministre du Budget (gouvernement Barre sous la présidence de Giscard d'Estaing) — AFP/Archives

Il avait pris la défense de Maurice Papon et ne le regrette pas. Raymond Barre, invité jeudi de France Culture, a qualifié l’ancien fonctionnaire de la préfecture de Gironde de «grand commis de l’Etat». Selon l’ancien Premier ministre, il a bien fait de ne pas démissionner sous l’Occupation afin «de limiter la casse». «On démissionne quand il s’agit d’un intérêt national majeur. Ce n’était pas le cas », affirme-t-il.

Interrogé par les journalistes sur ses propos après l'attentat de la rue Copernic en 1980, qui évoquaient «l’attentat odieux qui voulait frapper les Israélites qui se rendaient à la synagogue et qui a frappé des Français innocents», Raymond Barre a nié qu’il s’agissait d’un lapsus. Il s’est dit victime «d’une campagne menée [à l’époque] par le lobby juif le plus lié à la gauche». «Le lobby juif est capable, pas seulement en ce qui me concerne, de mener des opérations indignes et je tiens à le dire publiquement», a-t-il asséné à la radio.